En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

Ecrivez sur votre club L'actualité de votre club
    10 choses à savoir sur Alvaro Gonzalez (OM)

    Ligue 1

    Actus

    Ligue 1

    10 choses à savoir sur Alvaro Gonzalez (OM)

    28 août 2019

    > Nice - Marseille (21h)

    Aligné pour la première fois à Nantes il y a dix jours, l'Espagnol Alvaro Gonzalez, prêté par Villarreal, n'est pas le plus connu des nouveaux arrivés en Ligue 1. Présentation.

    1/ Il a gagné l'Euro Espoirs 2013

    Il jouait encore au Real Saragosse, avec qui il venait de... descendre en D2 espagnole, lorsque Alvaro Gonzalez a participé, et ga-gné, le Championnat d'Europe Espoirs avec l'Espagne en battant l'Italie en finale. Il faisait partie d'un groupe composé notamment de Isco, Thiago Alcantara, Koke, Bartra et Martinez (dont il était la doublure), Morata ou De Gea dans les buts... en ne jouant qu'un seul match de la phase finale en Israël. C'est pour l'heure le seul trophée de sa carrière.

    2/ Il est une valeur sûre de la Liga

    Même s'il n'a jamais été international A, il a toujours fait partie des défenseurs les plus réguliers de la Liga, avec une moyenne supérieure à trente matches par saison depuis ses débuts à Santander en 2011. Titulaire indiscutable partout où il est passé (Santander, Real Saragosse, Espanyol Barcelone, Villarreal), il a disputé la meilleure saison de sa carrière l'an passé avec 41 matches joués et un but inscrit pour un total de 233 matches de Liga (5 buts) et 39 matches de D2 espagnole (2013/2014). C'est l'arrivée de Raul Albiol à Villarreal, qui a poussé les dirigeants du sous-marin jaune à le laisser s'envoler vers l'OM.

    3/ Sa valeur est estimée à 8 M€

    Prêté jusqu'à la fin de la saison avec une option d'achat automatique, il en coûterait aujourd'hui autour de 8 M€ à l'OM pour régler son transfert. Il s'agit de la valeur la plus haute atteinte par un joueur qui a été transféré du Real Saragosse à l'Espanyol Barcelone en 2014 pour 1 M€, et de l'Espanyol à Villarreal en 2016 pour 4 M€.

    4/ La Ligue Europa, il connait...

    S'il n'a encore jamais joué un seul match de Ligue des Champions, il reste sur trois participations d'affilée en Ligue Europa avec Villarreal, jusqu'en quarts de finale en 2019 (battu par Valence), jusqu'en 16èmes de finale en 2017 (battu par la Roma) et 2018 (battu par Lyon).

    5/ Il est dur sur l'homme

    Deux cartons rouges et seize cartons jaunes sont venus ponctuer sa dernière saison à Villarreal, témoignage d'un style de jeu rugueux pour un défenseur dont les qualités principales sont l'engagement, le défi physique, le mental et les duels. Moins à l'aise dans la relance, son domaine est plutôt dans l'aspect purement défensif. Ce qui le prédispose davantage, par complémentarité, à fai-re la paire avec Kamara.

    6/ Il s'est fait expulser dans un derby catalan

    Alvaro peut être sanguin, ce qui lui vaut pas mal d'avertissements et quelques pétages de plomb comme lors d'un derby entre l'Espanyol et le Barça en 2015 où, déjà averti d'un carton jaune, il en prit un second en fauchant délibérément Luis Suarez qui avait eu le tort de trop le chambrer et le provoquer. Depuis, il parait qu'il a mis de l'eau dans son vin... mais pas forcément gommé un de ses points faibles, la rapidité. Face aux petits gabarits, vifs et rapides, il est rarement à son avantage.

    Il s'est moqué de Messi, avec humour...

    7/ Azpilicueta l'a poussé à signer à l'OM

    C'est en parlant avec Cesar Azpilicueta, l'ancien défenseur espagnol de l'OM aujour-d'hui à Chelsea, via son coéquipier de Villarreal Santi Cazorla, qu'il a définitivement accepté l'idée de rejoindre la L1. «J'a-vais déjà envie de venir, mais il a encore renforcé mon envie, disait-il aux médias officiels du club à son arrivée. Il m'a dit que c'était un grand club, les supporteurs se sont bien occupés de lui pour qu'il m'en parle d'une telle manière ! » 

    8/ Il est déjà prêt pour l'Olympico

    Le 15 février 2018, il effectuait son premier, et jusqu'à cette saison, unique pas sur une pelouse française, celle de Lyon, pour un 16ème de finale de Ligue Europa aller que Villarreal perdit 1-3 avant un retour qui ne s'était pas mieux déroulé pour les Espagnols (0-1). Alvaro Gonzalez, au supplice face à Fekir, Depay et Traoré, avait été averti à l'aller, comme au retour... Une leçon à retenir avant.

    9/ Il a un homonyme... uruguayen

    Il existe un autre Alvaro Gonzalez footballeur, mais Uruguayen, international de 34 ans, qui évolue en Italie, prêté par la Lazio au Torino, également défenseur, mais qui ne dispose pas dans son patronyme de... Soberon, comme le néo-Olympien dont le nom complet est bien Alvaro Gonzalez Soberon donc. A ne pas confondre.

    10/ Il s'est moqué de Messi

    En janvier 2016, lors d'un huitième de finale de Coupe du Roi, face au Barça, au Camp Nou, défenseur d'un Villarreal battu 0-2, il s'est accroché verbalement avec Leo Messi, après lui avoir décoché un coup de coude dans le torse. Face à la réaction de l'Argentin, il fustigeait sa petite taille, de quoi énerver la Pulga qui lui a répondu : « toi, tu es vraiment très nul ! » Après le match, Alvaro calmait tout de même les esprits en déclarant sur le ton de la rigolade : « Nnous avions raison tous les deux... » On veut pourtant croire, pour l'OM, que le quintuple Ballon d'Or, avait tort !

    - Retrouvez cet article et toute l'actu de l'OM dans le magazine Le Foot Marseille, actuellement chez votre marchand de journaux.


    Vous avez aimé cet article ? Faites-le savoir !


    Votre article dans

    Ecrivez sur votre club