En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

Ecrivez sur votre club L'actualité de votre club
    70% d'erreurs corrigées grâce à la VAR

    Ligue 1

    Actus

    Ligue 1

    70% d'erreurs corrigées grâce à la VAR

    14 nov. 2019

    Selon la Direction Technique de l'Arbitrage

    En pleine affaire de l’Olympico, de du fameux penalty en faveur de l’OM qui n’aurait jamais dû être sifflé, la Ligue de Football professionnel a dressé un premier bilan de la VAR depuis le début de la saison.

    Alors que l'assistance vidéo à l'arbitrage a été instaurée en Ligue 1 Conforama lors de l'été 2018, le Directeur Technique de l'Arbitrage Pascal Garibian a dressé mardi le bilan de la VAR depuis le début de la saison. Directeur Technique de l’arbitrage (DTA), Pascal Garibian a communiqué un bilan très positif, avec 70% d’erreurs corrigées grâce à l’utilisation de la vidéo.

    Selon la DTA, après les 12 premières journées de la saison de Ligue 1, 343 situations ont été analysées grâce à la VAR. Et un total de 36 décisions clairement erronées ont été relevées. L'assistance vidéo à l'arbitrage a permis de corriger 25 erreurs claires, soit 70%.

    Une moyennes de 98 secondes si l'arbitre ne doit pas se déplacer

    Le patron de l’arbitrage en France a également précisé la durée moyenne des interventions liées à la VAR. « L'interruption dure ainsi 98 secondes en moyenne pour un visionnage qui ne nécessite pas que l'arbitre central regarde les images et 153 secondes pour un visionnage qui nécessite que l'arbitre central se déplace pour regarder les images au bord du terrain » explique la DTA.

    Pascal Garibian est également revenu sur la philosophie avec laquelle la VAR doit être utilisée. « L'arbitre VAR doit se demander si la décision initiale est clairement erronée, non pas si la décision initiale est correcte. (...) Il faut que les arbitres prennent les bonnes décisions et que la VAR intervienne à bon escient, le moins souvent possible. Il faut une erreur claire sans interprétation possible. La définition de l'IFAB (l'instance qui détermine et fait évoluer les lois du football) parle de corriger des erreurs claires et évidentes. Il faut bien sûr préserver la fluidité et l'émotion du football », a précisé Garibian. Rappelons que la VAR est utilisé en Ligue 1 depuis seulement un peu plus d’une saison, ce qui nécessite ce type de précision et de communication autour du système mis en place pour améliorer l’arbitrage.

     


    Vous avez aimé cet article ? Faites-le savoir !


    Votre article dans

    Ecrivez sur votre club