En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

Ecrivez sur votre club L'actualité de votre club
    A Montpellier, la 2ème vie de Damien Le Tallec

    Ligue 1

    Actus

    Ligue 1

    A Montpellier, la 2ème vie de Damien Le Tallec

    10 mars 2019

    > Montpellier -Angers (15h)

    De Dortmund à Belgrade, en passant par Nantes, Damien Le Tallec aura connu une carrière atypique. À 28 ans, le frère cadet d’Anthony Le Tallec (aujourd’hui à Orléans), a posé ses valises à Montpellier en juin dernier avec l’envie de se stabiliser, 9 ans après son départ de Rennes.

    À l’instar de son frère, Damien Le Tallec n’aura jamais vraiment confirmé les espoirs placés en lui dans l’Hexagone. Formé en Bretagne au poste d’attaquant, le joueur signe son premier contrat professionnel à 17 ans avec le Stade Rennais. Malgré un titre en Gambardella en 2008 remporté face à Bordeaux, où il inscrit un but en finale, l’Yvelinois (né à Poissy) est frustré par son temps de jeu en Bretagne. L’exode commence alors pour Le Tallec qui rejoint à l’été 2009 le Borussia Dortmund de Jurgen Klopp, un entraîneur qui changera radicalement sa carrière. « Klopp a tout changé dans mon jeu et m'a reconverti en milieu. Dans un groupe de stars, il fallait me trouver une place, même à l'entraînement. Il me mettait là où il pouvait : arrière droit, milieu défensif... » confiait-il à l’AFP en janvier dernier avant de poursuivre : « c'est un entraîneur très sévère sur le terrain et très ouvert en dehors. C'était mon second père, il me parlait tous les jours, voulait tout savoir. »

    Aux milieux des stars comme Mats Hummels ou Mario Gotze, Le Tallec tente tant bien que mal de se faire une place, mais il est le plus souvent relégué en réserve. Champion de Bundesliga avec le club de la Ruhr en 2011, le joueur se blesse à l’épaule la saison suivante et termine son aventure allemande par une saison blanche. En janvier 2012, après seulement 8 matchs disputés en 3 ans avec les Schwarz-Gelben, Le Tallec rejoint le FC Nantes, alors en Ligue 2. Le temps pour lui de disputer 8 matchs (seulement) et de rejoindre l’été suivant une Ukraine déchirée par la guerre civile, et le club d’Hoverla. Une expérience difficile pour un joueur en quête de relance. 

    « C'est un des rares clubs qui me voulait, raconte-t-il. À Dortmund, j'avais tout, je débarque en Ukraine où il n'y avait même pas un terrain d'entraînement. Mon agent ne voulait pas que je signe. Soit je restais, soit j'arrêtais. Quand la guerre civile éclate, le président a eu des problèmes. J'ai joué durant sept mois sans toucher de salaire. Mais j'avais pour but de m'en sortir. »

    Ukraine, Russie, Serbie... Le Tallec a pris des chemins de traverse...

    Performant malgré le contexte tendu, Le Tallec revient dans l’univers « pro » en signant au Mordovia Saransk en Russie en juillet 2014. Face aux grosses écuries comme le Zénith St-Pétersbourg ou le Spartak Moscou, l’ex Rennais s’affirme en deux saisons comme une valeur sure de la Premier League Russe et tape dans l’œil de l’Etoile Rouge de Belgrade, qui débourse 250 000 euros pour l’attirer en Serbie en janvier 2016.

    Dans la continuité de son passage réussi en Russie, c’est au Stade Rajko Mitic, surnommé le « Marakana » que Le Tallec va se rendre indispensable. L’occasion pour lui de retrouver la joie des compétitions européennes, après avoir joué l’Europa League avec Dortmund en 2010. En Ligue des Champions, en C3 ou en championnat, le désormais défenseur central à temps-plein semble réussir son pari de retrouver la lumière. « Je signe là-bas pour que les gens me voient jouer à nouveau. En Russie, pays fermé, je n'ai vu personne. L'Etoile est un club exceptionnel, avec un environnement digne de Marseille ».

    L’été dernier constitue un véritable tournant dans la carrière de Le Tallec. Libre de tout contrat et courtisé par le Lokomotiv Moscou, et Montpellier, c’est finalement le club français qui remporte la mise en attirant le 20 juin l’ex-international français U-19. Comme une revanche pour le joueur qui conserve ses années rennaises dans un coin de sa tête. « Ma priorité n'était pas de revenir en France, où on ne m'a pas donné ma chance. Seulement, je voulais savoir si je pouvais jouer en Ligue 1. »

    Débutant sur le banc lors des 5 premières journées, Damien Le Tallec saisit sa chance lors de sa première titularisation face à Strasbourg, le 15 septembre (match nul 1-1). Buteur, l’ancien Nantais ne cachait pas son bonheur. « Le premier but en Ligue 1, c'était fort. Quand tu es gamin, tu en rêves. Je prends un plaisir énorme à Montpellier et en L1. On m'a donné un chemin, je l'ai fait. »

    Avec 27 matchs disputés en Ligue 1 (3 buts), Damien Le Tallec est désormais indispensable au club héraultais, toujours en course pour disputer l’Europe la saison prochaine (7ème à 3 points de la 4ème place).


    Vous avez aimé cet article ? Faites-le savoir !


    Votre article dans

    Ecrivez sur votre club