En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

Ecrivez sur votre club L'actualité de votre club
    Aké, du rêve à la réalité

    Ligue 1

    Actus

    Ligue 1

    Aké, du rêve à la réalité

    24 nov. 2019

    > Toulouse - OM (21h)

    Pour faire face aux nombreux absents, mais aussi en souci constant de faire progresser son équipe, André Villas-Boas a encore appelé de nombreux jeunes dans le groupe pour le match à Toulouse. Après avoir évoqué Lihadji (http://www.lequotidiendufoot.fr/ligue-1/isaac-lihadji-programme-pour-aller-loin-4779.html), gros plan sur Aké, qui lui aussi a déjà fait ses premiers pas en Ligue 1.

    Un triplé dans le derby face à Endoume en N2, sept buts marqués en seulement cinq matches de championnat, après une bonne préparation vécue au coeur de l'effectif professionnel (deuxième temps de jeu des jeunes et une titularisation face à DC United), il n'en fallait pas davantage à André Villas-Boas, longtemps en déficit d'avant-centre, pour offrir à Marley Aké ses premières minutes en Ligue 1, au Vélodrome, fin septembre, face à Rennes (1-1, 8ème journée), et de le confirmer quelques semaines après face à Strasbourg (2-0), puis dans le Classique (0-4). «  En pré-saison, nous l'avons mis n°9, mais il peut aussi jouer sur les côtés, déclarait le coach olympien en octobre dernier. Il a bien débuté, avec beaucoup de personnalité, il peut avoir un futur important. » En lui faisant signer son premier contrat pro cet été, rassuré par le diagnostic effectué par le nouveau staff technique portugais effectué un mois après la reprise, l'OM a validé une progression qui a pris une autre dimension à partir du milieu de la saison passée, quand Marley fut un des acteurs majeurs du maintien de la réserve en N2.

    Villas-Boas : « on va continuer à le tester sur deux postes... »

    Car il faut aussi savoir que Aké revient de loin, après avoir débuté au RCO Agde, d'un premier échec essuyé au centre de formation de Montpellier, qui ne l'a pas conservé, et d'un rebond espéré au sein des équipes de jeunes de l'AS Béziers. C'est là-bas, que les recruteurs olympiens lui ont offert une seconde chance... et qu'il l'a saisie en un an à peine. Très bon technicien, vif et aussi adroit qu'opportuniste devant les buts, le profil de Marley n'en fait pas un phénomène à la Nasri, Kamara ou Lihadji, des joueurs qui sont au-dessus du lot dans leurs catégories d'âges et qu'on voit venir gros comme une maison ! Malin, intelligent dans ses déplacements et ses remises, Akey ressemble davantage à un Valère Germain, qu'il a remplacé face à Rennes, qu'à un Dario Benedetto, qui lui bouche clairement l'horizon pour le moment même s'il est largement capable d'évoluer sur un côté et d'être une alternative au décevant Radonjic. Mais le Franco-ivoirien a évidement le temps. D'abord celui de digérer son rapide changement de dimension, des U19 de Béziers au Vélodrome en moins d'une saison, et d'assumer son nouveau statut d'international U19, lui qui n'avait jamais été appelé jusqu'à présent dans aucune sélection de jeunes. Remplaçant contre l'Angleterre (3-1), titulaire contre la Belgique (2-2), lors de la trêve internationale d'octobre en match de préparation pour le premier tour de l'Euro U19 en 2020, il progresse à grands pas et pourrait être une des révélations de la saison à l'OM, s'il parvient à intégrer les schémas de jeu de Villas-Boas. Ce dernier analysait en conférence de presse la marge de progression du Minot : « on a fait un peu de vidéo avec lui et il a beaucoup évolué, avec toujours la bon-ne attitude. Je veux lui donner confiance mais le problème, c'est la concurrence. On va continuer à la tester sur deux postes, avant-centre et ailier, mais déjà à l'entraînement il met des buts et a des mouvements qui sont déjà ceux d'un joueur de haut niveau. » Devenir incontournable en N2, où les jeunes d'Anziani ont réalisé un bon début de championnat, accumuler les buts, tout en gardant la tête sur les épaules pour ne pas se laisser griser par l'environnement marseillais, pour être prêt lorsque Villas-Boas lui fera de nouveau signe, voilà le défi de Marley en 2020. Il y a pire comme programme pour un jeune de 18 ans qui pensait en avoir terminé avec ses rêves de footballeur professionnel.

    > Retrouvez cet article, ainsi que toute l’actu de l’OM dans le magazine Le Foot Marseille, actuellement chez votre marchand de journaux.

     


    Vous avez aimé cet article ? Faites-le savoir !


    Votre article dans

    Ecrivez sur votre club