En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

Ecrivez sur votre club L'actualité de votre club
    Boudebouz, en Vert et avec tous

    Ligue 1

    Actus

    Ligue 1

    Boudebouz, en Vert et avec tous

    18 août 2019

    > Saint-Etienne - Brest (15h)

    Après les Verts de l'Algérie et les Verts du Bétis Séville, Ryad Boudebouz est chez LES VERTS. Pour remplacer Cabella, mais surtout pour régaler avec son pied gauche et se mettre au service du collectif.

    Il y a deux ans, Ryad Boudebouz bouclait sans doute la meilleure saison de sa carrière, avec 11 buts et 9 passes décisives en 33 matchs. Celui qui était arrivé à Montpellier par nécessité économique en 2015 (son transfert permettant à l’époque à Bastia de sauver sa peau devant la DNCG) en profitait pour signer un beau contrat avec le Bétis Séville. A 27 ans, l’international algérien découvrait pour la première fois autre chose que la Ligue 1 en rejoignant la Liga de Messi et Ronaldo. Mais le mariage d’amour a vite tourné cours. Après une première saison laborieuse (2 buts en 27 apparitions), le fin technicien formé à Sochaux a complètement disparu de la circulation. Une première partie de championnat insipide (aucun but en 10 apparitions) a entrainé le Bétis à le pousser vers la sortie. D’abord au Celta Vigo, sans beaucoup plus de réussite (1 but en 11 apparitions) sous la forme d’un prêt, avant de lui faire sentir qu’il n’avait plus sa place dans le club andalou. Entre temps, le joueur né à Colmar a perdu sa place en équipe nationale (il compte 25 sélections) et vu les Fennecs gagner la CAN sans lui.

    « Un privilège de jouer devant de tels supporters »

    Après avoir refusé d’aller à Amiens, le départ surprise de Rémy Cabella lui a offert l’opportunité de rejoindre Saint-Etienne, un club qui l’attirait.

    « J'ai connu Ghislain Printant et Jean-Louis Gasset. On s'était super bien entendus. En plus, je regardais les matches la saison dernière. Ça jouait bien. Et il y a le public aussi, expliquait le gaucher lors de a présentation officielle. Tout cela me faisait envie. En plus, c'est un club historique. Ça attire ». Dès que Cabella a fait part de sa volonté de partir, Saint-Etienne a dû réagir très vite et s’est logiquement tourné vers une vielle connaissance.  « Il y avait quelques pistes, mais Ryad, depuis la saison dernière avait fait pas mal d’appels du pied que ce soit à Jean-Louis ou à moi, explique Ghislan Printant. Donc, dès que l’occasion s’est présentée, il m’a paru qu’il pouvait être le successeur ».

    Malgré un déficit physique flagrant apparu pendant la préparation, Ryad a senti la confiance de son entraineur qui l’a titularisé dès le premier match à Dijon. Il ne l’a pas regretté puisque l’ancien joueur du Bétis a été décisif d'entrée. « Ce qui me gène un peu c’est que nous avons eu beaucoup de possibilités et nous n’avons pas su tuer le match », faisait remarquer la recrue stépahnois après la rencontre. « Nous devons nous améliorer dans ce domaine ».

    Un domaine qui est un peu le sien. Placé dans sa position préférentielle, dans l’axe en soutien de l’attaquant, coaché par un entraîneur qu’il connaît bien et qui le connaît bien, le nouveau n°7 des Verts est dans les meilleures conditions pour réussir son pari. « Je veux retrouver mon meilleur niveau. Montrer que je suis toujours capable de marquer, de faire marquer les attaquants. Je remplace Rémy Cabella qui a fait de très belles choses ici. J'espère en faire de très belles moi aussi ». Un joli programme qui a déjà bien commencé et qui ne demande que confirmation à Geoffroy-Guichard, devant un public qui ne demande qu’à s’enflammer.

    « J’aime les ambiances chaudes comme celles de Geoffroy-Guichard, annonce l’international algérien, c’est un privilège de pouvoir jouer devant de tels supporters ». Une raison de plus pour briller sous le maillot vert...


    Vous avez aimé cet article ? Faites-le savoir !


    Votre article dans

    Ecrivez sur votre club