En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

Ecrivez sur votre club L'actualité de votre club
    Carlos Tevez, l'amère finale

    Copa Libertadores

    Actus

    Copa Libertadores

    Carlos Tevez, l'amère finale

    9 déc. 2018

    > River Plate – Boca Junior (20h30 à Madrid)

    Le 24 novembre dernier, Carlos Tevez était un des joueurs de Boca Junior les plus choqués. En entrant dans le vestiaire du Stade Monumental de River Plate, après avoir vécu l’attaque du bus de son équipe, on raconte que le buteur argentin a vomi. Pourtant, le joueur de 34 ans en a vécu des choses au cours d’une carrière qui l’a amené de Boca à Boca, en passant par les Corinthians, West Ham, Manchester United, Manchester City, la Juventus, et même un court intermède (10 mois) au Shangaï Shenshua (Chine).

    La Copa Libertadores gagnée en 2003 avec Boca Junior, le club de ses débuts où il est revenu en juillet 2015 après son énorme carrière en Europe (avec notamment une C1 gagnée avec United, 3 titres de champion d’Angleterre et 2 championnats d’Italie), figure d’ailleurs déjà sur son impressionnante carte de visite.

    Auteur de trois buts en neuf matchs de Copa Libertadores cette saison, soit autant qu’en dix rencontres de championnat argentin, « l’Apache » joue moins mais reste l’homme des grands rendez-vous. Lors de la finale aller, son entrée en jeu avait d’ailleurs bien failli débloquer la situation en faveur de Boca. Aujourd’hui, Carlos Tevez s’apprête à vivre l’un des derniers défis de sa carrière (il a encore un an de contrat avec Boca), avec un brin d’amertume. « Je ne suis pas d’accord avec le fait de jouer au Bernabeu, les joueurs sont un peu perdus, explique-t-il. C’est dommage pour eux, et encore plus pour les fans. C’est de la faute de la Conmebol (ndlr : l’équivalent de l’UEFA en Amérique du Sud). C’est un match de Libertadores, et ils n’ont pensé à personne. Comme me l’a dit un ami, à la Conmebol, ce sont trois imbéciles cachés derrière un bureau, qui ne comprennent rien ». Des propos très durs qui ont fait couler beaucoup d’encre en Argentine, mais qui résument parfaitement ce que beaucoup appellent « le match de la honte ». Un fiasco que les deux équipes ont la lourde tâche de faire oublier au Santiago Bernabeu à des milliers de kilomètres de Buenos Aires.

    3 choses à savoir avant la finale

    - Tous les joueurs de Boca Junior qui avaient été touchés lors de l’attaque du bus le 24 novembre dernier sont aptes, à l’image du capitaine Pablo Perez, blessé à l’œil.

    - Contrairement aux compétitions européennes, les buts inscrits à l’extérieur ne comptent pas double. Ainsi, River Plate ne tire pas profit du 2-2 obtenu à Boca lors du match aller. Lors de cette finale retour, tous les comptes sont remis à zéro. En cas de match nul (peu importe le nombre de buts marqués), on jouera une prolongation de 2 fois 15 minutes puis, si besoin, une séance de tirs au but.

    - C’est RMC Sport, détenteur des droits TV qui retransmet la finale en direct. A noter que, le match Saint-Etienne/OM prévu ce dimanche à 21h sur Canal+ ayant été reporté, RMC Sport n’aura pas de concurrence.


    Vous avez aimé cet article ? Faites-le savoir !


    Votre article dans

    Ecrivez sur votre club