En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

Ecrivez sur votre club L'actualité de votre club
    Cavani, l'humiliation

    Paris-SG

    Actus

    Paris-SG

    Cavani, l'humiliation

    5 déc. 2019

    La gestion du buteur interroge

    Le match du PSG contre Nantes hier soir a confirmé deux choses : 1. Edinson Cavani est devenu le 3ème choix de Tuchel pour le poste d'avant-centre et 2. L'Uruguayen ne peut effectivement pas actuellement lutter avec Mbappé et Icardi. On pourrait ajouter un petit troisième : Tuchel s'y prend mal avec lui. Hier soir on a frôlé l'humiliation...

    Le PSG manque-t-il de respect à Edinson Cavani ? C’est l’image que l’on perçoit de la saison de l’Uruguayen. Blessé à la hanche au mois d’août, El matador a vu Mauro Icardi en profiter pour enfiler but sur but, devenant même le Parisien le plus rapide à atteindre la barre des dix buts (mieux qu’Ibra et que Cavani lui même)… Deux éléments importants sont venus rendre la situation encore plus compliquée : Cavani (33 ans) est en fin de contrat en juin prochain et ne représente pas l’avenir du club et, contrairement à Mbappé ou Neymar, décisifs lors de leurs retours, El matador donne plutôt l’impression de s’installer dans la médiocrité, à l’image de son occasion manquée en fin de match contre Nantes (16ème journée). Pour sa défense, on sait que Cavani a parfois besoin de plusieurs occasions pour la mettre au fond et que ce n’est pas en jouant 10 ou 20 minutes de temps en temps qu’il retrouvera la forme…

    Quoi qu’il en soit, sur le fond, il est difficile de reprocher à Tuchel de vouloir à chaque fois mettre la meilleure équipe possible au coup d’envoi et de préférer un joueur en totale confiance (Icardi) qui représente l’avenir, à un joueur en perte de confiance qui ne sera sans doute plus là au mois de juillet. La question à se poser, c’est sur la forme. N’y a-t-il pas une autre façon de s’y prendre ? A l’image de ce qu’il fait avec Kurzawa, très en dessous de Bernat, mais qui a du temps de jeu, ou encore Paredes et même Draxler… Tous les trois ont fini par retrouver des niveau de jeu correct (pour Kurzawa et Paredes) voir très intéressant (pour Draxler). On pourrait aussi évoquer Diallo, qui passe après Thiago Silva, Kimpembe et Marquinhos, mais qui a du temps de jeu et se montre à la hauteur.

    3ème choix après Mbappé et Icardi

    C’est autour de la gestion du cas Cavani que la polémique persiste. Car il serait faux de dire que l’Uruguayen mérite sportivement de jouer aujourd’hui. Et c’est logiquement qu’il est devenu le 3ème choix pour le poste de n°9 derrière Mbappé et Icardi (ou le contraire…).

    Une explication qui trouve tout son sens avec le cas Thiago Silva. Le Brésilien est encore plus âgé que Cavani (34 ans), il est aussi en fin de contrat au mois de juin et doit aussi faire face à une grosse concurrence. S’il n’était pas à la hauteur, Tuchel n’hésiterait sans doute pas à le reléguer sur le banc. Mais El Monstro réalise un début de saison exceptionnel et s’impose en charnière centrale. Certes, il n’a été arrêté plus d’un mois sur blessure, mais on se souvient qu’il avait été absent en fin de saison dernière avant de reprendre tardivement en raison de la Copa America (gagné avec le Brésil), ce qui avait d’ailleurs provoqué le recrutement de Diallo.

     


    Vous avez aimé cet article ? Faites-le savoir !


    Votre article dans

    Ecrivez sur votre club