En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

Ecrivez sur votre club L'actualité de votre club
    Cornet, reculer pour mieux sauter

    Ligue 1

    Actus

    Ligue 1

    Cornet, reculer pour mieux sauter

    21 déc. 2019

    > Reims - Lyon (20h45)

    Utilisé au poste de latéral gauche en Coupe de la Ligue, Maxwel Cornet peut-il être une option d'avenir à ce poste, ce qui lui permettrait de gagner un peu plus de temps de jeu ?

    5-3 = 2. Cette soustraction, hante les nuits de Rudi Garcia. Comme si l’entraîneur de l’OL avait besoin de ça après les graves blessures de Depay et Reine-Adelaide. « Au départ on avait 5 latéraux, maintenant on n’en a plus que deux », explique, un brin désabusé l’entraîneur de l’Olympique Lyonnais.

    Après Dubois, c’est Koné puis Marçal qui ont tour à tour rejoint l’infirmerie. Il reste donc Tété et Rafaël, deux spécialistes du poste de latéral… droit. Si tous les deux sont capables de dépanner sur le côté gauche, l’expérience n’a jamais été franchement concluante, poussant Garcia à chercher d’autres solutions. Et l’ancien coach de l’OM a profité d’un contexte à son avantage (match de Coupe de la Ligue à domicile face à une équipe en plein doute) pour en tester une : placer Maxwel Cornet au poste de latéral gauche ! Et l’expérience a été plutôt concluante si on se fit aux commentaires de l’entraîneur qui a déclaré avoir « aimé Maxwel comme arrière gauche (…) On lui demandé d’être très offensif ».

    A écouter Rudi Garcia, on devrait d’ailleurs revoir l’international ivoirien à ce poste. « Maxwel Cornet a tout pour jouer au poste de latéral. Vitesse de contre, puissance. En plus de ça, c'est un travailleur. Il pourra nous apporter quelque chose à ce poste-là ».

    Reste le dernier point, sans doute le plus délicat : l’adaptation au poste, notamment en ce qui concerne le placement et les déplacements, comme l’explique le Lyonnais. « Ce ne sont pas les mêmes déplacements. Ça demande plus d’efforts. Je suis aussi plus concentré, car j’essaye déjà de bien faire le boulot défensif ». Après, il s’agit aussi d’une question mentale : il faut être prêt à changer de poste. « Si je peux dépanner pour le bien de l’équipe, je me donnerai à 100% », affirme le joueur de 23 ans qui doit penser à certains illustres anciens qui ont fait le même chemin vers l’arrière que lui dans le passé pour le plus grand succès. Le plus célèbre de tous est Basque et a gagné la Coupe du Monde en 1998…


    Vous avez aimé cet article ? Faites-le savoir !


    Votre article dans

    Ecrivez sur votre club