En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

Ecrivez sur votre club L'actualité de votre club
    Delort, Caen, Dupraz… destins mêlés

    COUPE DE FRANCE

    Actus

    COUPE DE FRANCE

    Delort, Caen, Dupraz… destins mêlés

    19 janv. 2020

    > Montpellier - Caen (17h15)

    Les chemins d’Andy Delort, Pascal Dupraz et du Stade Malherbe de Caen se croisent de nouveau cette après-midi en 16ème de finale de la Coupe de France. Pour le pire, mais souvent le meilleur…

    Meilleur buteur de Ligue 2 avec Tours lors de la saison 2013/2014, Andy Delort avait fait le mauvais choix de signer à Wigan dans les derniers jours du mercato. Tombé en Championship (D2 anglaise) un an plus tôt, le club de la région de Manchester n’a jamais compté sur lui (il était plus un choix du président que de l’entraîneur, l’Ecossais MacKay qui prendra ses fonctions en novembre). C’est finalement à Caen, un an plus tard que le natif de Sète rebondit. Avec 12 buts et 2 passes décisives en 36 apparitions, Delort est un des grands artisans de la 7ème place des Normands au terme de la saison. Il devient le chouchou de d’Ornano qui apprécie son tempérament. Mais c’est bien connu, les histoires d’amour finissent mal, « en général ». Celle de du Stade Malherbe avec Delort prend fin dès l’été 2016 quand le buteur décide de rejoindre Gignac chez les Tigres. Pour partir l’ancien joueur de Tours est prêt à tout, et notamment de se lancer dans un bras de fer. Au final, les 8 M€ mis sur la table par le club mexicain forcent la main aux Caennais qui ne peuvent le retenir. L’aventure mexicaine dure six mois. En janvier, 2017, il revient en Ligue 1 à l’initiative de Pascal Dupraz. Sur les conseils de son coach de l’époque, le TFC paye 6 millions pour rapatrier le Sétois. En 15 matchs joués sous les ordres de l’actuel coach de Caen, Delort inscrit 5 buts en 15 matchs de Ligue 1. Mais celui qui a déjà connu 8 clubs depuis ses débuts à Nîmes ne se sentira jamais dans son élément à Toulouse. Le départ de Dupraz en 2018 annonce aussi le sien. Il est d’abord prêté à Montpellier avant d’être définitivement transféré l’été dernier, accentuant encore un peu plus l’image d’un joueur de passion et d’émotions.

    Dupraz : « il m’a marqué »

    « Indépendamment à sa propension à marquer des buts, des jolis buts, c’est une belle personne. Avec ses failles, mais une vraie belle personne. Je me suis régalé à le coacher », explique Pascal Dupraz à l’heure des retrouvailles. Celles avec un club qui ne le porte plus vraiment dans son cœur, mais d’un coach qui l’apprécie. « Il fonctionne avec son cœur et il n’a pas honte de fonctionner avec son cœur », ajoute Dupraz. L’entraîneur du Stade Malherbe n’est pas près d’oublier les 18 mois passés avec Delort au TFC. « Si tous les footballeurs étaient comme lui, ça réduirait nos tracas. C’est un garçon spontané, vrai, franc, loyal. Il m’a marqué, beaucoup. » 

    Pas la peine de préciser que Dupraz aimerait bien voir Der Zakarian reposer son buteur (déjà 7 buts) cette après-midi pour ce 16ème de Coupe de France. Mais si ce n’est pas le cas et que Delort venait à marquer face à son équipe, le Savoyard sera enclin à lui pardonner…

    Les autres matchs de 17h15 :

    Rouen (N2) - Angers (L1)

    Dijon (L1) - Nîmes (L1)

    Athlético Marselle (N3) - Rennes (L1)


    Vous avez aimé cet article ? Faites-le savoir !


    Votre article dans

    Ecrivez sur votre club