En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

Ecrivez sur votre club L'actualité de votre club
    Derrière l’émotion, un match...

    Ligue 1

    Actus

    Ligue 1

    Derrière l’émotion, un match...

    26 janv. 2020

    > Nantes - Bordeaux (17h)

    Il y a un an, les plus optimistes espéraient encore retrouver Emiliano Sala vivant. Victime d’un tragique accident d’avion au dessus de la manche, l’ancien buteur des Canaris qui venait de signer à Cardiff n’était pas encore officiellement décédé, mais seulement « disparu » (son corps sera retrouvé le 6 février 2019 dans l’épave de l’avion au fond de l’eau). Le derby de l’Atlantique, qui oppose son club formateur (bordeaux) à celui avec le quel il est devenu ce qu’il était avant le drame, sera marqué par son souvenir. Maillots « collectors » (aux couleurs de l’Argentine pour les Nantais) des deux côtés, hommages sur la pelouse (avec notamment un portrait géant du joueur dans le rond central), et dans les tribunes (chants, tiffo…)… l’émotion sera à son paroxisme au moment du coup d’envoi. Mais pour les deux équipes il y a un match à jouer. Un match capital même pour la suite de la saison des formations des bords de l’Atlantique. « Il y a forcément des émotions qui vont se mêler, mais il ne faut pas en faire trop », a tenu à souligner Christian Gourcuff en conférence de presse. « Et après, le match c’est autre chose ; il ne faut pas mêler les deux choses. C’est une question de pudeur, de respect et de mémoire ». De points aussi. Nantes, qui a vu Montpellier passer devant hier grâce à sa victoire sur Dijon peut craindre de voir Lille et l’OL en faire autant, après avoir vu Strasbourg et Angers se rapprocher. « C’est toujours aussi douloureux, mais on est obligés de surmonter tout cela parce qu’il y a un match de foot à jouer et c’est important pour le club et pour l’équipe », résume dignement Abdoulaye Touré.

    Bordeaux veut éviter une 6ème défaite de suite...

    Côté Bordelais, l’émotion sera forcément moins intense. Valentin Vada, son ami de toujours, son « frère » d’adoption qui a tout partagé avec lui, est désormais en D2 espagnole (à Alméria) et personne dans le groupe de Paulo Sousa n’a fréquenté Sala chez les Girondins. Mais le poids de l’hommage qui rend cette rencontre différente devra aussi être surmonté. Bordeaux reste sur 5 défaites de suite (4 en Ligue 1 et une défaite en Coupe de France contre Pau, National) et ne peut pas s’offrir le luxe de se laisser déborder par les sentiments. Une défaite à la Beaujoire aurait des conséquences désastreuses sur le club qui traverse déjà une période difficile, sur le terrain comme en interne.


    Vous avez aimé cet article ? Faites-le savoir !


    Votre article dans

    Ecrivez sur votre club