En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

Ecrivez sur votre club L'actualité de votre club
    Estim : « le club veut explorer de nouveaux univers »

    Interview

    Actus

    Interview

    Estim : « le club veut explorer de nouveaux univers »

    25 avr. 2020

    Rencontre avec le graffeur du PSG

    Dans la pure tradition du street-art, il refuse de révéler son identité et se fait appeler Estim. Sa passion pour le PSG et le foot l’a poussé à réaliser des dessins et des fresques (notamment de 11 joueurs mythiques parisiens sur la façade du Parc des Princes) en hommage aux légendes du club de la capitale. Rencontre.

    Depuis quand déclinez-vous votre amour du PSG à travers des fresques ?

    J'ai commencé à graffer au collège. En même temps, je jouais au foot dans la rue, sur les terrains vagues, et au basket en club, jusqu'à 17 ans, car mon physique, grand et mince, s'y prêtait davantage. Le PSG a toujours été mon club de coeur, j'y étais même abonné lors de la saison 2002/2003. Il y a trois ans, j'ai fait une fresque de Ronaldinho, mon joueur préféré, et comme il a réagi, en même temps que pas mal de supporters, cela ma encouragé à continuer. Dans la foulée, j'ai fait Neymar, puis les supporters m'ont demandé Mbappé, Cavani et ainsi de suite jusqu'à ce que le PSG me commande une fresque pour les 50 ans du club. Tout s'est enchaîné...

    Votre statut a changé, comment vivez-vous cette nouvelle notoriété ?

    Cela n'a pas changé grand-chose, ça reste ma passion, pas mon métier, je fais autre chose par ailleurs pour gagner ma vie. C'est juste un honneur que le club m'a fait en me permettant de m'exprimer sur la façade du Parc des Princes. Je veux rester anonyme, entretenir le mystère, garder mon identité secrète... sinon ça ne serait pas marrant et ça pourrait m'attirer des ennuis parce que nous évoluons sans cesse, nous les graffeurs, à la limite de la légalité.

    Des portes se sont-elles ouvertes depuis la réalisation de ces fresques sur le PSG très médiatisées ?

    Non, mais j'aimerais bien me spécialiser dans le sport, être un des seuls à évoluer dans ce domaine. J'ai les JO de 2024 à l'horizon, avec l'entrée du break-dance, et toute la culture hip-hop que j'aime. J'aspire à m'exprimer dans les grands événements sportifs à l'instar des Cou-pes du monde de football.

    De quelle fresque rêvez-vous ?

    J'ai fait beaucoup de dessins très réalistes jusqu'à présent, j'aimerais passer à des réalisations plus abstraites et essayer de nouvelles choses sur des façades plus grandes, qui m'offrent plus de verticalité.

    Après le Parc, l'Arc de Triomphe ?

    Pourquoi pas, ils avaient bien projeté des portraits après la finale de 1998 !

    Quelles relations avez-vous avec le PSG ?

    Je découvre des dirigeants que je ne connaissais pas avant et qui font preuve, je dois le dire, d'une grande ouverture d'esprit. Depuis l'arrivée des Qataris, on sent beaucoup de curiosité et l'envie d'explorer de nouveaux univers. C'est aussi génial que rare de voir des clubs de cette dimension s'intéresser au street-art, à l'encourager. Ils ont beaucoup d'idées nouvelles qui sortent du domaine du foot.

    Retrtouvez cet article ainsi que toute l'actu du PSG dans le magazine Le Foot Paris, actuellement en vente chez votre marchand de journaux. www.lafontpresse.fr


    Vous avez aimé cet article ? Faites-le savoir !


    Votre article dans

    Ecrivez sur votre club