En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

Ecrivez sur votre club L'actualité de votre club
    Et si c'était l'année du PSG ?

    Paris-SG

    Actus

    Paris-SG

    Et si c'était l'année du PSG ?

    6 janv. 2020

    Pourquoi on peut y croire...

    Alors que le club de la capitale fête ses 50 ans, tout est réuni pour vivre un printemps de rêve. Explications.

    « On a grandi, on joue ensemble, on est une équipe. Aujourd’hui, le défi est de garder cet état d’esprit ». C’est avec le sentiment d’avoir trouvé le bon équilibre collectif que Thomas Tuchel a passé les fêtes de fin d’année. Un sentiment qui n’a pas changé en ce début 2020. « J'adore l'équipe et mes joueurs. J'aime travailler avec eux, on a trouvé une bonne complicité ».

    Il faut dire que si le club de la capitale a connu quatre premiers mois mitigés, le cinquième a été totalement réussi avec 6 victoires, toutes compétitions confondues, 22 buts inscrits contre 3 encaissés. Durant ces six matchs, Mbappé a marqué 8 buts et réussi 3 passes décisives, quand Neymar (qui n’a pas joué au Mans) a inscrit 5 buts et réussi 6 passes décisives. Des stats exceptionnelles qui peuvent laisser présager du meilleur pour le PSG en 2020. “C'est très, très positif. L'équipe a été à un niveau élevé dans tous les matches du championnat, de la Coupe de Ligue et de la Ligue des Champions, estime Pablo Sarabia, dans les colonnes de Marca. Atteindre la première place en Ligue des champions était important ».

    Tuchel redoute les blessures

    Passer les huitièmes (face à Dortmund les 18 février et 11 mars prochain) l’est sans doute encore plus, pour mettre un terme à la malédiction et s’ouvrir la voie vers quelque chose de grand. « Nous allons essayer de faire en sorte que ce soit l'année du PSG en Ligue des champions, explique l’Espagnol arrivé cet été au PSG. Mais nous serions confus si nous pensions gagner les matchs avant de jouer. À l'heure actuelle, la seule finale que nous avons dans ce tournoi est avec le Borussia Dortmund. Nous devons passer ce tour, puis le suivant ... C'est la voie à suivre pour pouvoir faire quelque chose de grand ». Comme son entraineur, l’ancien joueur du FC Séville veut conserver l’état d’esprit du mois de décembre jusqu’à la fin de la saison. « Nous allons maintenant essayer de maintenir cette dynamique et cette mentalité tout le temps pour relever de plus grands défis ».

    Un défi qui passera par un incroyable marathon jusqu’à la fin de l’hiver. Potentiellement (en imaginant qu’ils aillent en finale des deux coupes), les Parisiens peuvent jouer jusqu’à 19 matchs d’ici le printemps. 12 matchs de Ligue 1, 2 matchs de Coupe de la Ligue et 5 matchs de Coupe de France. Sans oublier les deux matchs de C1 face à Dortmund. D’où la position de Tuchel fin décembre. « La première chose, est qu'on arrive ensemble avec pas trop de blessés. C'est la première chose car, si tout le monde est là, on a une équipe très forte et très serrée, avec un vestiaire qui est bien ensemble, un bon état d'esprit à l'entraînement depuis maintenant beaucoup de semaines avec beaucoup d'intensité, de qualité et une bonne façon de travailler, insiste l’entraîneur du PSG. C'est le plus important : qu'on arrive ensemble sans blessures. »

    On se souvient trop des deux dernières saisons, qui ont vu le PSG privé de plusieurs de ses cadres (dont Neymar et Cavani) à des moments cruciaux…


    Vous avez aimé cet article ? Faites-le savoir !


    Votre article dans

    Ecrivez sur votre club