En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

Ecrivez sur votre club L'actualité de votre club
    Faut-il se réjouir de jouer contre Leipzig en demi-finale ?

    LIGUE DES CHAMPIONS

    Actus

    LIGUE DES CHAMPIONS

    Faut-il se réjouir de jouer contre Leipzig en demi-finale ?

    14 août 2020

    Plutôt oui, mais...

    Mardi prochain, le PSG jouera sa place en finale de la Ligue des Champions face aux Allemands de Leipzig, vainqueurs de l'Atletico en quart de finale. Bonne ou mauvaise nouvelle ? Le pour et le contre...

    OUI : le RB Leipzig est une équipe offensive qui aime le jeu. Le duel sera donc placé sur le jeu et dans ce domaine, avec les rentrées de Mbappé et Di Maria, le club de la capitale est mieux armé. Un type de football qui réussit beaucoup mieux aux Parisiens qu’un football tactique s’appuyant d’abord sur la volonté de détruire le jeu, ce qui aurait été le cas face à l’Atlético.

    Si les Allemands jouent un football total, non sans rappeler l’Ajax de la grande époque ou même le Barça de Guardiola, il n’ont pas les mêmes talents. L’absence de Werner a été mise en évidence hier par le match très moyen de son remplaçant, Poulsen. Sur le front de l’attaque, Nkunku doit aussi élever son niveau de jeu pour espérer exister en demi-finale. On peut aussi s’interroger sur la façon de défendre de Leipzig face à des ballons donnés en profondeur, dans le dos de latéraux très offensifs. Si les Allemands jouent haut en pensant d’abord à attaquer, ils seront en danger dans la profondeur. On l’a vu hier à de rares reprises quand Ferreira-Carrasco (un des seuls joueurs de l’Atlético dangereux) a pris le côté gauche. On a également vu les Allamenda être déstabilisés par l'entrée en jeu de Joao Felix, seul joueur qui se rapproche des profils de Neymar, Di Maria ou Mbappé...

    NON : Les Allemands n’auront rien à perdre. Jouer la demi-finale est déjà un aboutissement pour l’équipe de Nagelsmann qui va jouer libérée. Si Upamecano réédite sa masterclass du quart de finale, il va être difficile à bouger et l’axe sera quasiment inaccessible. Autre donnée à prendre en compte : la force du milieu de terrain allemand autour de l’Anglais Kampl. Une véritable sentinelle devant la défense à trois du RB Leipzig, qui oriente le jeu de son équipe. Tuchel devra trouver la solution pour le bloquer.


    Vous avez aimé cet article ? Faites-le savoir !


    Votre article dans

    Ecrivez sur votre club