En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

Ecrivez sur votre club L'actualité de votre club
    Garcia met en cause le travail de Sylvinho et son staff

    Ligue 1

    Actus

    Ligue 1

    Garcia met en cause le travail de Sylvinho et son staff

    29 nov. 2019

    > Strasbourg - Lyon (samedi, 17h30)

    Si l’OL reste sur 4 succès au cours de ses 5 derniers matchs en Ligue 1 et donne l’impression d’avoir relevé la tête depuis l’arrivée de Rudi Garcia, en revanche, les premiers nuages commencent à s’amonceler au dessus de la tête du successeur de Sylvinho. Diminué par l’absence de plusieurs cadres (Depay, Aouar, Thiago Mendes sont blessés, Terrier était malade à Saint-Petersbourg) l’OL a été indigne de son statut en Russie. S’il a encore son destin entre les mains et peut se qualifier pour les huitièmes de finale de la Ligue des Champions en battant le RB Leipzig lors de la dernière journée (mardi 10 décembre), Lyon peut aussi passer à la trappe (en cas de nul ou de défaite contre les Allemands), ce qui déclencherait un véritable séisme. Jean-Michel Aulas a toujours été très clair sur les deux objectifs prioritaires de la saison : terminer sur le podium en Ligue 1 et se qualifier pour les huitièmes de la C1.

    Une situation qui peut expliquer le comportement de Rudi Garcia en conférence de presse à quelques heures du match à Strasbourg (15ème journée, samedi à 17h30). L’entraîneur de l’OL est apparu un peu sur la défensive, n’hésitant pas à faire des reproches à son successeur.

    « Il a manqué de travail foncier durant la préparation »

    « Le constat, c'est qu'on a un peu de mal à récupérer entre les matches, a expliqué Rudi Garcia à propos des problèmes physiques de ses joueurs. Et le constat fait par les personnes du staff déjà en place, c'est qu'au niveau de la préparation, on a peut-être manqué un peu de travail foncier pour que les joueurs puissent durer et récupérer beaucoup mieux tous les trois jours. On est en train de compléter ça, notamment depuis la dernière trêve internationale. Depuis que Paolo (ndlr : Rongoni, entraîneur adjoint en charge de la préparation physique) est arrivé, on essaye d'oxygéner les joueurs et de faire en sorte qu'ils récupèrent mieux, qu'ils soient moins à risque au niveau des blessures. Car ce n'est pas normal qu'on ait autant de blessés musculaires ».

    Certaines mauvaises langues diraient que celui qui a pris le club en main en octobre commence à sortir le parachute… Et à Garcia de donner des exemples précis pour pointer du doigt les erreurs de son prédécesseur. « On a agrandi les espaces à l'entraînement. On joue sur des plus grands espaces depuis mon arrivée. Les joueurs étaient habitués à s'entraîner sur de tout petits espaces. Mais en match, le terrain, il fait 105 par 68 (mètres). Il faut répéter les efforts et donc les grandes courses. Ceci peut expliquer en partie cela… »

    Et les joueurs dans tout ça ? Garcia ne les épargne pas. « Je leur ai dit ce que je pensais. On doit être capables d'être beaucoup plus continus dans les prestations. On ne peut pas se permettre de gagner à Toulouse avec du caractère (2-3), de battre Benfica (3-1) en faisant un très bon match et puis se faire bouger en première période à Marseille (1-2) ou de ne pas mettre assez d'intensité et de rythme au Zénith alors qu'il n'y avait pas une très grosse ambiance qui pesait sur nous ».

    Paradoxalement, la pression pourrait être plus forte à la Meinau demain, même si le rythme sera sans doute moins élevé.

    « C'est toujours dur de jouer à la Meinau. Il y a toujours beaucoup d'enthousiasme. En plus, c'est une équipe qui vient de gagner ses deux derniers matches, souligne Rudi Garcia. Ils sont derrière nous et on sait ce qu'on veut faire : gagner. On a pris neuf points sur douze sur les quatre derniers matches de Championnat et on veut maintenant en prendre douze sur quinze. Même si on sait que ça va être difficile, on y va pour ça. Mais il faudra être, bien évidemment, bien plus présents dans l'intensité, dans l'impact physique pour répondre à l'enthousiasme de cette équipe. »

    Sur la sellette en Ligue des Champions, mal engagé en Ligue 1, l’OL pourrait vite basculer dans une nouvelle crise en cas de défaite en Alsace…

     


    Vous avez aimé cet article ? Faites-le savoir !


    Votre article dans

    Ecrivez sur votre club