En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

Ecrivez sur votre club L'actualité de votre club
    Grenier, 7 ans plus tard

    COUPE DE FRANCE

    Actus

    COUPE DE FRANCE

    Grenier, 7 ans plus tard

    2 avr. 2019

    > Lyon - Rennes (21H10)

    Le seul rescapé du dernier titre remporté par l'OL sera dans le camp d'en face ce soir. Il y a 7 ans, Clément Grenier explosait sous le maillot des Gones avant de connaître rapidement les Bleus. L'Ardéchois a vécu véritable histoire d'amour avec son club formateur qui s'est terminée dans la douleur il y a un peu plus d'un an, avec une résurrection en Bretagne.

    Il y a 7 ans, l’Olympique Lyonnais battait Equevilly en finale de la Coupe de France (1-0) et remportait son dernier trophée. A l’époque, un certain Clément Grenier était en train de se révéler au sein de l’Olympique Lyonnais. Entré en jeu pour jouer les 24 dernières minutes de la finale (à la place de Johann Gourcuff, photo), le jeune milieu de terrain de 21 ans (buteur en demi-finale 18 jours plus tôt face au Gazélec) sera une des révélations de la saison suivante.

    Un peu plus d’un an plus tard, il fêtera sa première sélection en Equipe de France, avant d’être retenu parmi les 23 pour jouer la Coupe du Monde 2014.

    Forfait 6 jours avant la Coupe du Monde 2014

    Malheureusement, 6 jours avant le début du mondial, touché aux adducteurs, il déclare forfait. Une blessure qui va être suivie d’une autre puis d’une autre… Au point de mettre sa carrière en danger. De retour en avril 2015, il se blesse gravement à la cuisse au mois de juillet lors d’un match de préparation (rupture totale du quadriceps de la jambe gauche). Il lui faudra près de 5 mois pour revenir. Mais à Lyon, malgré quelques belles apparitions, sa chance semble être passée. Au cours de la première partie de la saison 2016-2017, bien que n'étant pas blessé, il ne débute aucun match et joue seulement 35 minutes en Ligue 1 et 12 minutes en Ligue des Champions. Le 28 janvier 2017, il est prêté avec option d'achat jusqu'à la fin de saison à l’AS Rome. Mais son calvaire continue de l’autre côté des Alpes. Entre petites blessures, méforme et choix de son entraîneur, le joueur né à Annonay, en Ardèche, ne participe qu’à 6 matchs de Série A et revient à Lyon pas beaucoup plus avancé.

    Résurrection en Bretagne

    La renaissance viendra lors de son transfert à Guingamp six mois plus tard. Après une petite apparition en Ligue 1 lors de la première partie de saison, il résilie avec son club formateur et part se relancer en Bretagne. C’est une véritable résurrection. Kombouaré lui confie les clés de l’équipe. Il joue 15 matchs, inscrit 5 buts et réussit 4 passes décisives. Il aura fallu quasiment 4 ans pour que le joueur à la technique sûre et à la grande activité au milieu de terrain ne retrouve son meilleur niveau. L’air de la Bretagne lui fait du bien.

     

    Le voisin rennais saute sur l’occasion. En plein renouveau, Rennes laisse partir Khazri à Saint-Etienne et mise sur l’ancien Lyonnais, beaucoup moins cher que le Tunisien (4 millions contre les 8 millions exigés par Sunderland pour Khazri). Avec l’arrivée d’Hatem Ben Arfa en toute fin de mercato, celui qui a été habitué à jouer très haut, recule pour mieux se mettre au service des joueurs offensifs. « J’ai un jeu assez simple. Je ne vais pas éliminer une défense. Je suis là pour donner du temps à mes coéquipiers pour qu’eux aient la possibilité d’aller provoquer, mener leur action », explique-t-il à nos confrères du Télégramme.

    Ce n’est pas la première fois depuis sa résurrection que l’ancien joueur du centre de formation revient à Lyon avec le maillot de l’adversaire. En décembre dernier, avant le match aller, il reconnaissait vivre encore intensément sa relation avec l’OL. « C’est difficile, on ne va pas se le cacher, c’est comme une histoire d’amour et il y a eu une séparation ». Il y a 4 mois, son retour avait été marqué par une victoire (2-0) sur les terres de son enfance. Il rêve aujourd’hui du même scenario.


    Vous avez aimé cet article ? Faites-le savoir !


    Votre article dans

    Ecrivez sur votre club