En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

Ecrivez sur votre club L'actualité de votre club
    Grenier, l'élément perturbateur ?

    Ligue 1

    Actus

    Ligue 1

    Grenier, l'élément perturbateur ?

    27 oct. 2019

    > Rennes - Toulouse (15h)

    Ecarté par Stephan, un an après les rumeurs sur son rôle dans la mise à l'écart de Lamouchi, Clément Grenier est-il un élément perturbateur ?

    Il y a un peu moins d’un an, début décembre 2018, Sabri Lamouchi était démis de ses fonctions par Olivier Létang et remplacé par Julien Stephan. A l’époque, les rumeurs venus de l’entourage du Stade Rennais évoquaient le comportement de Clément Grenier et les mauvaises relations entre l’ancien Lyonnais et son entraineur. Certains n’hésitant pas à dire que le milieu de terrain rennais avait été jusqu’à demander la tête de Lamouchi à son président. Des informations démenties avec véhémence par le joueur. « Ça me rend fou, lâchait Grenier à l’époque. Vous devriez vous excuser et vite rétablir la vérité. La confiance mutuelle et l’envie chaque jour de donner le maximum pour lui et pour le club était sans retenue ».

    Tout d’une punition...

    11 mois après cette épisode, on ne demande qu’à croire le joueur arrivé lors de l’été 2018 à Rennes après un bref passage à Guingamp. Mais on est aussi en droit de se poser de nouveau la question sur la confiance dans les relations entre le joueur et l’entraîneur qui a remplacé Lamouchi. Prestations très moyennes, état d’esprit pas toujours irréprochable… l’ancien lyonnais est passé à côté de son début de saison et le paye cash.

    Ecarté pour la réception de Cluj jeudi dernier, et de nouveau aujourd’hui pour le match contre Toulouse, le joueur de 28 ans n’est pas de ceux sur lesquels Stephan s’appuie pour sortir le club de l’ornière. Pire : sa mise à l’écart pour les deux matchs les plus importants de la saison en font une cible privilégiée, une sorte de symbole des déboires de Da Silva et ses coéquipiers.

    Clément Grenier est pourtant un des seuls talents de la saison dernière à être resté, quand Ben Arfa et Sarr ont quitté la Bretagne. Un des leaders technique autour duquel était articulé le jeu rennais.

    Son absence deux matchs de suite s’apparente à une sérieuse remise en question, alors que Grenier n’est pas franchement plus décevant qu’un Tait, Martin ou autre Raphinah, symboles, eux, d’un recrutement qui est encore loin de donner satisfaction. Il révèle un problème plus profond entre l’entraîneur et le joueur, même si tous les deux démentent tout malaise.

    Car si Grenier était simplement « moins bien », il aurait au moins une place sur le banc, avec la possibilité de rentrer à tout moment pour distiller une passes décisives ou frapper un coup franc salvateur. Dans le cas présent, il est difficile de ne pas parler de "punition"...


    Vous avez aimé cet article ? Faites-le savoir !


    Votre article dans

    Ecrivez sur votre club