En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

Ecrivez sur votre club L'actualité de votre club
    Homophobie : Le Graët part en guerre contre la ministre des sports

    HORS-JEU

    Actus

    HORS-JEU

    Homophobie : Le Graët part en guerre contre la ministre des sports

    10 sept. 2019

    Une décision qui fait du bruit

    C’est une véritable déclaration de guerre que Noël Le Graët vient de faire à la ministre des Sports, et par là même à la Ligue de Football Professionnelle (LFP).

    Sur France Info, le président de la fédération française de football vient tout simplement de révéler avoir demandé aux arbitres (qui dépendent de la FFF) de ne plus arrêter les matchs en cas de chants ou de banderoles homophobes. Une décision qui va à l’encontre totale des directives de la LFP sous la pression de Roxana Maracineanu depuis le début de la saison.

    « Je ne veux pas être pris en otage sur l’homophobie », a déclaré Le Graët qui a donc passé des consignes strictes aux arbitres : ne plus arrêter les matchs. Le 5 septembre dernier, le président de la FFF avait déjà exprimé son sentiment sur la question. « Je trouve qu’on arrête trop de matchs, avait expliqué Le Graët dans les colonnes de Ouest France, visant directement l’ancienne nageuse. « Cela fait plaisir à certains ministres, mais moi ça me gêne (…) On a l’impression que tout d’un coup, tous les stades sont devenus des lieux homophobes. Je conteste avec véhémence cette image qu’on donne de nous ». Une déclaration qui avait fait réagir Roxana Maracineanu, qui s’était étonnée de tels propos.

    Ce matin, sur les ondes de France Info, le patron de la FFF en a remis une couche. « L’arrêt des matchs, c’est une erreur, soutient Le Graët. J’arrêterais un match pour des cris racistes, j’arrêterais un match pour une bagarre, des incidents s’il y a danger dans les tribunes ».

    Le Graët estime que ce sont aux clubs et leurs services de sécurité de faire en sorte que les banderoles disparaissent. « Il y a des services qui sont là pour faire en sorte que les banderoles disparaissent », insiste-t-il.

    Une position qui fait déjà couler beaucoup d’encre, à l’image de la réaction d’Olivier Rouyer rapportée par nos confrères de l’Equipe. « Faire la différence entre des cris racistes et des cris homophobes, c’est honteux ! » s’est emporté l’ancien partenaire préféré de Platini, qui a été un des rares footballeurs professionnels à avoir dévoilé son homosexualité. On attend maintenant la réaction de la ministre des sports, mais aussi la LFP…


    Vous avez aimé cet article ? Faites-le savoir !


    Votre article dans

    Ecrivez sur votre club