En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

Ecrivez sur votre club L'actualité de votre club
    Honte à vous Thierry Laurey

    Chronique

    Actus

    Chronique

    Honte à vous Thierry Laurey

    26 janv. 2019

    Les Strasbourgeois voulaient casser Neymar

    Cette semaine, la chronique de Stéphane Désenclos porte sur les commentaires scandaleux de Thierry Laurey et Anthony Gonçalvès sur Neymar.

    Il y a parfois des moments, où nous, simples observateurs du monde du foot sommes complètement désemparés. Désemparés, oui, c’est le mot qui me vient à l’esprit en lisant les réactions des Strasbourgeois après le match de Coupe de France contre le PSG mercredi dernier. Un match gagné sans forcer sur son talent par le PSG (2-0), face à une vaillante et sérieuse formation alsacienne entièrement remaniée par Thierry Laurey. Un entraineur au demeurant remarquable qui doit avoir toute notre estime pour l’exceptionnel travail effectué avec le Racing depuis deux saisons et demi (une montée en Ligue 1, un premier maintien, une qualification pour les demi-finales de la Coupe de la Ligue et une place dans le premier tiers du classement). Mais là, on ne peut que s’offusquer de ses commentaires au sujet de Neymar (qui est sorti sur blessure à l’heure de jeu). « Il y a des moments où, quand tu dépasses les bornes, il faut assumer, avait notamment expliqué l'entraîneur strasbourgeois, quelques minutes après la blessure du Brésilien. Il a le droit aussi à un moment donné de se faire attraper, ce n'est pas interdit ». Peut-être - mais on a du mal à le croire – que Laurey faisait allusion ici au sombrero réussi sur Zemzemi, aux accélérations foudroyantes du Brésilien pour éliminer deux ou trois défenseurs strasbourgeois, à ses tentatives de petits ponts (j’avoue ne pas me souvenir s’il en réussi dans ce match), ses roulettes…

    Dans mon monde Gonçalvès et Laurey seraient sanctionnés

    C’est vrai que là, en offrant un spectacle encore jamais vu en France (où peut-être il y a très longtemps avec Waddle, Ronaldinho ou Okocha…), Neymar « dépasse les bornes », et mérite donc de se « faire attraper », c’est à dire, en langage de « footeux », se faire « descendre », et pourquoi pas « casser la jambe ». Anthony Gonçalvès, rugueux défenseur alsacien a été encore plus direct. « Neymar, c'est son style mais quand tu veux jouer comme ça, viens pas te plaindre si tu prends des coups derrière. C'est un grand joueur, je le respecte (…) Il peut s'amuser mais qu'il vienne pas chouiner après ».

    Les avocats des strasbourgeois diront pour leur défense, que Neymar est « chambreur » et manque parfois de respect à ses adversaires. Il y a tout juste un an, après un match de coupe gagné à Rennes, l’attitude du Brésilien avait aussi été pointée du doigt. A juste titre d’ailleurs puisqu’on le voyait clairement tendre sa main à Traoré pour le relever avant de l’enlever au dernier moment. Interrogé sur les coups qu’il prenait à chaque match, le Brésilien avait alors donné sa réponse. « Ils me mettent des coups, et moi je joue au foot. Ils me provoquent, mais moi aussi je sais provoquer à ma façon, avec le ballon. Je ne suis pas là pour mettre des coups à qui que ce soit. Je ne sais pas faire ça, expliquait le n°10 du PSG à l’époque. Je me défends avec le ballon. Je sais qu’il y aura des discussions parce que je provoque beaucoup. Mais c’est normal. Ca ne sert à rien de me donner des coups et de me provoquer, parce que je vais provoquer encore plus et faire en sorte que mon équipe s’impose. »

    Finalement, c’est peut-être ça qui gène Laurey et les Strasbourgeois. Que le foot soit encore un jeu. Comme celui que l’on pratique sur un bout de gazon entre 2 buts faits avec moyens de fortune.

    Dans mon monde (peut-être de bisounours…) Gonçalvès et Laurey seraient sanctionnés pour leurs propos justifiant les mauvais coups. Mais ça, c’est dans mon monde…


    Vous avez aimé cet article ? Faites-le savoir !


    Votre article dans

    Ecrivez sur votre club