En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

Ecrivez sur votre club L'actualité de votre club
    L'Ajax, 24 ans après ?

    LIGUE DES CHAMPIONS

    Actus

    LIGUE DES CHAMPIONS

    L'Ajax, 24 ans après ?

    7 mars 2019

    4 invités surprise en quarts de finale

    Les premiers huitièmes de finale ont déjoué tous les pronostics. Aucun favori n'est passé, même s'ils ne méritaient pas tous d'être éliminés. L'Ajax s'inscrit parmi les nouveaux favoris, 24 ans après la victoire des Néerlandais en 1995.

    Ajax, Manchester United, Porto… La moitié seulement des huitièmes de finale de la C1 ont eu lieu et déjà trois clubs se sont invités alors qu’ils n’étaient pas du tout attendus à ce niveau. Même Tottenham, 4ème qualifié avant les matchs de la semaine prochaine, n’avait pas les faveurs des pronostics au moment du tirage au sort. La preuve qu’en football, rien n’est inscrit à l’avance.

    Si l’Ajax, ultra dominateur à l’aller comme au retour face à une faible équipe du Real (malgré une défaite1-2 à Amsterdam) ou Tottenham, atteignent logiquement les quarts de finale, en revanche, Porto et Manchester United doivent surtout leur qualification à la VAR.

    On ne reviendra pas sur la décision, très sévère, de l’arbitre de la rencontre du PSG (accordant un penalty pour une main de Kimpembe, de dos, contrant un tir lointain de Dalot qui n’était pas cadré), mais que dire de la décision de l’arbitre de Porto-AS Roma ? En toute fin de prolongation, alors qu’on se dirigeait vers la séance des tirs au but, Cüneyt Cakir, l’arbitre du match, a d’abord été averti par les arbitres vidéo d’une faute de Florenzi sur Fernando Andrade (tirage léger du maillot) et a logiquement accordé un penalty après visionnage des images. Jusque là, rien à dire. Mais quelques minutes plus tard, un tout aussi léger croc-en-jambe de Marega sur Zaniolo dans la surface aurait peut-être mérité un autre penalty. Là encore la vidéo a été utilisée, mais, sans même que l’arbitre n’ait besoin de vérifier par lui-même, il n’a pas sifflé penalty.

    Au final, aucun des quatre favoris des huitièmes déjà joués n’est passé. Le Real, Dortmund, la Roma et le PSG voient leur route s’arrêter là.

    Si l’Ajax (en photo, De Jong et Neres après le but de ce dernier à Madrid) peut être redouté par ses adversaires en quarts de finale (tirage au sort vendredi 15 mars), ce sera en revanche sans doute plus compliqué pour les Spurs et surtout Porto ou Manchester United, qui n’a rien prouvé au cours des 180 minutes contre le PSG.

    Solskjaer se veut toutefois très optimiste pour la suite. « Nous avons confiance en nous. Nous devons juste attendre le tirage au sort et prendre le prochain match comme il vient. C'était peut-être une bonne chose aujourd'hui d'avoir des suspendus et des blessés. Les joueurs étaient frais et prêts à se sacrifier pour l'équipe », commente l’entraîneur de United.

    Des quatre qualifiés « surprise », c’est surtout l’Ajax qui fait figure d’outsider pour la victoire finale. Tadic, De Jong, De Ligt, Ziyech, Neres et leurs camarades de jeu font penser à l’Ajax de 95 qui avait remporté la Ligue des Champions au dépend du Milan AC en finale (après avoir éliminé le Bayern en demie). A l’époque, personne n’attendait le club néerlandais. Les gamins de l’Ajax s’appelaient Seedorf (19 ans), Davids (22 ans), Litmanen (24 ans), Reiziger (22 ans), Overmars (22 ans) ou Kluivert (le buteur de la finale, 19 ans)…


    Vous avez aimé cet article ? Faites-le savoir !


    Votre article dans

    Ecrivez sur votre club