En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

Ecrivez sur votre club L'actualité de votre club
    Le défi fou d’un supporter lyonnais !

    Actus

    Le défi fou d’un supporter lyonnais !

    21 juil. 2019

    MAGAZINE

    Victor Sauh est parti le 5 mai à la conquête du monde. Ou plutôt des stades de football :
    ce Lyonnais va en visiter 140 en cinq mois ! Entretien. Avec un passionné.

    Victor, comment est né ce projet ?

    Je suis un grand passionné de sport, de tous les sports. J'adore particulièrement le foot. J'avais envie de voyager, d'explorer le mon-de. J'ai 25 ans, je me suis dit que c'était le moment ou jamais. J'adore la nature, les nouvelles cultures, mais je voulais vraiment créer un projet qui pourrait m'apporter professionnellement. Cela fait plusieurs années que j'ai envie de rentrer dans le domaine du sport, que ce soit dans l'événementiel, dans le journalisme ou dans un autre cadre... Je me suis dit que j'allais réaliser une étude des stades autour du monde pour trouver des idées qui ne sont pas développées en France. Ce voyage est un investissement, je l'ai financé sur mes propres fonds. J'ai envie de me donner toutes les chances de travailler dans le sport. En revenant, je n'aurai plus à prouver que je suis un passionné.

    Quel sera votre parcours ?

    J'ai choisi des pays en fonction de la différence d'expérience par rapport aux fans. Je vais d'abord aller en Argentine et au Brésil, dans des stades animés avec un vécu populaire : l'Estadio Monumental de River Plate et la Bombonera de Boca Juniors pour la Copa Libertadores, des matches de Copa America au Brésil, dont le fameux Maracana... Ensuite, je pars découvrir des stades «connectés« au Canada et aux Etats-Unis où je vais aussi assister à des rencontres de football américain, de base-ball, de tennis avec la Rodgers Cup à Toronto... Au Michigan, je vais découvrir le deuxième plus grand stade du monde (107 000 places). Je vais aller à Chicago, à Washington, à New-York...

    Comment s’est déroulé le début du voyage ?

    Cela s’est super bien passé. En arrivant, j’étais vraiment excité ! Dès le premier mat-ch auquel j’ai assisté, à Huracan, j’ai rapidement compris que l’on pouvait tout simplement acheter les billets au guichet dans le stade. A part pour la Bombonera où il faut s’y prendre vraiment à l’avance pour trouver un contact qui vend des places illégalement. L’ambiance dans les stades dans leur ensemble est absolument incroyable, qu’il y ait 50 000 spectateurs ou 24 000, il y a toujours autant de passion, c’est impressionnant !

    Avez-vous déjà un souvenir marquant ?

    Bien entendu l’ambiance de la Bombonera ! J’ai assisté à un match avec un scénario de folie en plus ! Boca était deuxième de son groupe en Copa Libertadores et devait s’imposer contre le premier pour être leader de la poule. Après avoir été menés 1-0, ils ont égalisé à la 75ème avant de gagner à la dernière seconde grâce à un but de Tevez, c’était incroyable !

    « Une image me fascine : quand on arrive en haut des gradins et qu’on découvre l’enceinte »

    D'où vous vient cette passion pour les stades ?

    J'adore aller dans les stades. J'ai une image qui me fascine : quand on arrive en haut des gradins et qu'on découvre l'enceinte. Cela me donne des frissons. Ce n'est pas forcément le côté architectural qui me passionne, mais plutôt l'émotion qui émerge d'une enceinte sportive.

    Comment a réagi votre entourage ?

    J'ai la chance d'être dans une famille qui voyage beaucoup. J'ai vécu en Inde, à Londres, à Rome... J'adore découvrir de nouvelles cultures, me retrouver dans un milieu inconnu. Alors que mon père m'incitait à acheter un appartement comme mon frère et ma sœur, j'ai déjeuné avec lui pour lui dire que je me fichais d'investir et que j'avais ce voyage autour des stades comme projet. C'était très émouvant pour lui. Mes parents m'ont énormément soutenu, c'est plus facile dans ces conditions. Il y a aussi ma copine, que «j'abandonne« pendant cinq mois car j'avais envie de réaliser ce voyage seul. En revenant, je vais me poser, je vais créer ma vie.

    > Retrouvez cet entretien et toute l’actu de l’OL dans le magazine Le Foot Lyon, actuellement chez votre marchand de journaux.


    Vous avez aimé cet article ? Faites-le savoir !


    Votre article dans

    Ecrivez sur votre club