En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

Ecrivez sur votre club L'actualité de votre club
    Le Tallec, retour vers le futur...

    COUPE DE LA LIGUE

    Actus

    COUPE DE LA LIGUE

    Le Tallec, retour vers le futur...

    18 déc. 2018

    US Orléans - PSG (21h)

    En l’absence de Neymar, laissé au repos, il y aura un seul vainqueur de la Ligue des Champions sur le terrain ce soir et il sera du côté d’Orléans.

    Ancien grand espoir du foot français, Anthony Le Tallec était en effet à Liverpool le 25 mai 2005 lors de la plus incroyable finale de C1 de l’histoire (le Milan AC menait 3-0 à la 53ème minute avant de se faire rejoindre et de s’incliner aux tirs au but). Pas sur la feuille de match de la finale, le joueur formé au Havre avait en revanche joué le quart de finale aller face à la Juventus. Entre juillet 2003 et août 2005, il ne jouera que 26 matchs avec les Reds, toutes compétitions confondues, avec au passage un prêt infructueux à Saint-Etienne (interrompue en janvier 2005 (ce qui lui permettra justement d’avoir une C1 sur son palmarès).

    13 ans après, l’attaquant qui a fêté ses 34 ans au mois d’octobre laisse toujours l’image d’un talent gâché. D’un joueur qui avait brillé dans toutes les sélections de jeunes et auquel on promettait un brillant avenir, mais qui s’est brûlé les ailes en partant trop tôt du Havre. En dehors de « la coupe aux grandes oreilles », Anthony doit finalement se contenter d’une Coupe de France remportée en 2007 avec Sochaux (face à l’OM en finale), mais aussi plus de 440 matchs professionnels (dont 241 en Ligue 1) au cours d’une carrière de globe trotter passée par l’Angleterre, la Grèce et dernièrement la Roumanie… Ses plus belles années, Anthony Le Tallec les a connues au Mans, entre 2007 et 2010, avec 19 buts en 96 matchs au plus haut niveau.

    « je rentre chez moi, pour vivre de ma passion »

    Il y a un an, le natif d‘Hennebont, dans le Morbihan décide de rentrer en France après deux saisons en Grèce (Atromitos FC où il marque 13 buts en 53 matchs) et six mois un peu compliqués en Roumanie (Astra Giurgiu, 1 but en 18 apparitions). «  Je suis heureux de rentrer chez moi, pour vivre de ma passion », explique à l’époque le Breton. Il signe d’abord six mois plus deux années en option. Malgré une blessure au tendon d’Achille qui met un terme anticipé à sa première saison dans le Loiret, il prolonge et confirme qu’il n’est pas encore à la retraite. Avec 4 buts en 12 apparitions depuis le début de saison, c’est le deuxième meilleur buteur du club derrière Jordan Tell (6 buts), à égalité avec Avounou.

    Cette rencontre face au PSG, l’attaquant de l’US Orléans l’aborde avec envie, passion, mais aussi ambition. « Jouer contre des joueurs comme ça, c’est extraordinaire pour nous, mais on va essayer de créer l’exploit (…) ce match, il est dans nos têtes depuis longtemps. A nous de montrer une belle image de nous-mêmes ». Lui qui a côtoyé des joueurs comme Gerrard, Baros, Kewell, Hyypiä ou Xabi Alonso à Liverpool savoure déjà ce petit retour dans le temps…


    Vous avez aimé cet article ? Faites-le savoir !


    Votre article dans

    Ecrivez sur votre club