En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

Ecrivez sur votre club L'actualité de votre club
    Lens, à la vie à la mort

    LIGUE 2

    Actus

    LIGUE 2

    Lens, à la vie à la mort

    20 avr. 2019

    > Grenoble - Lens (15h)

    Pour rester en vie dans le championnat de Ligue 2 et rêver encore de la montée, le RC Lens est obligé de gagner à Grenoble. En revanche, dans le cas contraire, la fin de saison prendra des allures d'enterrement de première classe...

    10. C’est le nombre de points repris par Troyes sur le RC Lens en 2019. Quand les Artésiens marquaient 19 points en 13 matchs, les Aubois en prenaient 29 en 14 rencontres. Des performances qui expliquent pourquoi l’ESTAC pointe à la 3ème place à 5 matchs de la fin pendant que les Nordistes ne sont pour l’instant même plus concernés par les play-off.

    Mais rien n’est encore complètement perdu. En gagnant à Grenoble (15h), les hommes de Philippe Montanier peuvent encore accrocher le bon wagon. Même s’il est difficile d’exister dans ces plays-off (voir ci -dessous) quand on termine 5ème de Ligue 2.

    Au pied du mur, les Lensois savent qu’ils n’ont pas d’autre choix que de s’imposer chez le promu pour rester en vie dans ce championnat de Ligue 2.

    4 points sur 18 en 2019

    Si les supporters Sang et Or attendent une réaction de leur équipe après les trois 0-0 de suite, ils savent aussi que la tâche est ardue. En 2019, le Racing n’a pris que 4 points sur 18 possibles. Pire : l’équipe de Montanier n’a gagné qu’un seul de ses 5 derniers matchs. C’était il y a plus d’un mois, face à Auxerre le 8 mars (2-0). Heureusement, en face, Grenoble, présenté par Montanier comme « l’équipe type de Ligue 2 performante avec un bloc solide et 3, 4 individualités qui peuvent faire la différence », n’est pas très à l’aise dans son stade ces dernières semaines, avec seulement 2 victoires sur 6 matchs à domicile en 2019. Si les hommes de Philippe Hinschberger restent sur une belle victoire à Ajaccio (contre l’AC) et qu’ils ont assuré officiellement leur avenir en Ligue 2 depuis le 15 mars en battant Nancy (29ème journée, 1-0), en revanche, pour leur dernière sortie au Stades Alpes (31ème journée), ils se sont faits gifler par face à Orléans (0-4).

    Gagner ou plonger dans la crise

    Gagner à Grenoble reste aujourd’hui la seule solution aux Lensois pour éviter de tomber dans une nouvelle crise d’envergure après celle qui a bousculé le club la saison dernière et qui a vu trois entraineurs se relayer sur le banc depuis l’été 2017 : Casanova, Sikora et Montanier. Le constat est terrible : 11 ans après, le club ne s’est pas encore remis des colossales difficultés financières qui ont suivi la descente. Avec (entre autres...) le départ de Gervais Martel, puis le retour au près de l’énigmatique Mamadov, une descente administrative en National finalement annulée, le rôle ingrat du Crédit Agricole, le départ définitif de Martel…

    Des épisodes de l’histoire du club qui laissent encore des traces aujourd’hui. Dernier en date : le départ d’Eric Roy. Arrivé en octobre 2017, en charge du recrutement et responsable de toutes les composantes du secteur sportif, acté le 10 avril et qui prendra effet à la fin du mois. Un départ nécessaire dans le cadre du plan de sauvegarde de l’emploi et qui ne serait nullement en rapport avec les résultats sportifs, mais qui interroge quand même. Si son travail était si apprécié que cela et si Lens était en tête du championnat, l’ancien Niçois et Marseillais aurait-il été sacrifié aussi ? Avant de partir en tout cas, l’homme de 51 ans a tenu à rassurer tout le monde. « Le club est sur les bons rails, explique-t-il. Après le plan, le RC Lens sera plus facile à gérer. Le travail sur les saisons prochaines sera plus simple car il n’y a plus l’obligation de reconstruire. Il y a de vraies bases de travail et on ne pourra que les améliorer. »

    Passé par des clubs comme Lyon et Marseille (entre autres), avant d’entraîneur Nice pendant trois saisons, Eric Roy sait aussi qu’en football, ce sont les résultats sur le terrain qui valident les décisions prises en coulisses. Et cette après-midi, une défaite à Grenoble contrarierait sérieusement les perspectives d’avenir des Sang et Or.

    > Play-off : l'impossible marathon du 5ème

    Dans un premier temps, le 5ème de Ligue 2 se rend chez les 4ème pour un match à élimination directe. Puis le vainqueur de ce match se rend chez les 3ème pour un nouveau match à élimination directe. Ensuite, le vainqueur de ce dernier match affronte par match aller et retour  le 18ème de Ligue 1, avec un match retour chez le club de Ligue 1.


    Vous avez aimé cet article ? Faites-le savoir !


    Votre article dans

    Ecrivez sur votre club