En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

Ecrivez sur votre club L'actualité de votre club
    Les clés d'une finale très ouverte

    FINALE de la Coupe de la Ligue

    Actus

    FINALE de la Coupe de la Ligue

    Les clés d'une finale très ouverte

    30 mars 2019

    > Guingamp - Strasbourg (21h)

    Difficile de désigner un favori entre Guingamp et Strasbourg. Les deux équipes ont réalisé de véritables exploits pour arriver en finale et sont capables de se transcender pour l’occasion. Les clés du match.

    LA CONFIANCE : facteur indispensable pour jouer une bonne finale, la confiance en soi, mais surtout dans le collectif, est primordiale. Cette confiance, les deux équipes peuvent déjà aller la chercher dans le parcours qui les a amenés jusqu’à la finale. Strasbourg s’est imposé à Lyon et à Marseille, mais a aussi disposé de Lille à la Meinau. Côté Guingampais, c’est pas mal non plus. Les Bretons ont gagné à Paris et ont battu Monaco au Roudourou. Ce qui change en revanche, ce sont les résultats en championnat. Strasbourg fait une excellente saison et n’a pas de soucis à se faire pour son maintien, ce qui est loin d’être le cas de Guingampais.  Mais tant qu’il y a de l’espoir... La victoire sur Dijon lors de la 29ème journée a redonné le moral aux Guingampais. “Quand vous avez été derniers pendant 26 journées, devenir barragiste, c’est appréciable”, commente Jocelyn Gourvennec.

    L’ENVIE : de ce côté là, on peut compter sur les deux équipes. Toutes les deux voudront inscrire un trophée de plus à leur palmarès. Les Alsaciens n’ont plus rien gagné depuis 14 ans, alors que les Bretons remportaient la Coupe de France en 2014. Penser que les Alsaciens voudront plus gagner que les Bretons qui préfèreraient se maintenir, serait toutefois une erreur. Gagner la Coupe est le meilleur moyen de se mettre en confiance avant une fin de saison au couteau pour les Bretons qui sont en perpétuel éveil et qui n’ont pas eu le temps de jouer la finale avant l’heure.

    Qui saura le mieux gérer l'évènement ?

    LA GESTION DE l’EVENEMENT : Un trophée au bout des 90 minutes (ou 120…), la coupe d’Europe en point de mire… ça peut perturber des joueurs qui n’ont pas l’habitude de se retrouver dans cette situation. Laquelle des deux équipes saura le mieux gérer la pression de l ‘événement ?

    LE CONTEXTE : obnubilé par le maintien, Guingamp a été obligé de jouer tous ses matchs à fond. Et ça peut avoir son importance. Contrairement à Laurey, Gourvennec n’a pas pu mettre des cadres au repos. On peut donc s’attendre à voir plus de fraîcheur côté alsacien. De plus, dès mercredi prochain, Guingamp joue un match très important à Montpellier. Alors que chaque point compte pour le maintien, les Bretons auront forcément aussi la tête à leurs 9 derniers matchs.

    AVANTAGE à LA DéFENSE : si on enlève les finales gagnées par le PSG de QSI (c’est à dire les 5 dernières), les finales se sont souvent joués sur un rien. L’équipe qui a gagné a souvent été celle qui a été le plus solide défensivement (excepté Bordeaux face à Vannes, alors en Ligue 2, en 2009). La capacité de tenir le match sur des bases défensives solides aura une importance capitale. Depuis sa création en 1995, aucune équipe ayant encaissé plus d’un but n’a réussi à l’emporter, à l’exception du PSG 97/98, vainqueur aux tirs au but face à Bordeaux. Mieux : sur les 24 finales qui se sont disputées, 13 fois le vainqueur n’a pas encaissé de buts. Dont le Racing d’ailleurs, vainqueur aux tirs au but en 97 contre Bordeaux. Dans ce domaine, très net avantage pour Strasbourg qui a la 9ème défense de Ligue 1, contre Guingamp, lanterne rouge aussi dans ce classement. Même en transformant le 0-9 du Parc en 3-0 (le tarif au Parc pour les visiteurs), les Bretons auraient la plus mauvaise défense de Ligue 1. 


    Vous avez aimé cet article ? Faites-le savoir !


    Votre article dans

    Ecrivez sur votre club