En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

Ecrivez sur votre club L'actualité de votre club
    Les incroyables révélétions de Puel sur son arrivée à Saint-Etienne

    Ligue 1

    Actus

    Ligue 1

    Les incroyables révélétions de Puel sur son arrivée à Saint-Etienne

    1 nov. 2019

    > Saint-Etienne - Monaco (dimanche, 21h)

    Entraîner, c’est aussi prévoir… C’est un peu ce que Claude Puel dit dans les colonnes de l’Equipe en expliquant que selon-lui, le contexte stéphanois était beaucoup plus propice à son arrivée en octobre qu’au mois de juin dernier..

    Après deux victoires (dont une capitale dans le derby) et un nul, Saint-Etienne reverdit depuis l’arrivée de Claude Puel. L’ancien coach de Lyon, Lille, Nice ou encore Leicester a intégré des jeunes (Fofana et Abi en plus de Saliba) dans son projet et permis aux Stéphanois de reverdir. Avant la réception de Monaco dimanche pour le choc de la 12ème journée, les Verts sont ainsi revenus à 3 points du podium, ce qui n’était même pas imaginable au soir de la 7ème journée (Saint-Etienne était 19ème).

    Lors du changement d’entraîneur, Roland Romeyer a d’ailleurs expliqué qu’il s’était trompé dans son choix en juin dernier. Mais ce que n’a pas dit le président des Verts, c’est que Claude Puel n’était pas intéressé par le poste cet été.

    Pour Puel, on attendait trop des Verts

    Aussi paradoxale que celui puisse paraître, le technicien de 58 ans, estime que son projet peut plus facilement s’appliquer au sein d’un club en difficulté qu’en début de saison, au moment où les espoirs sont encore immenses. « J’étais prêt à accepter des projets comme celui de Saint-Etienne. Mais pas en juin, révèle ainsi Claude Puel dans les colonnes de l’Equipe du jour. Parce que le club, l’équipe restaient sur une très bonne saison et, par rapport à ce que je ressentais de l’extérieur, les gens n’auraient pas été à l’écoute. Dans leur tête, après la quatrième place, il fallait terminer troisième ». A l’époque, le successeur de Printant estimait tout simplement que l’objectif n’était pas atteignable. « Je ne sentais pas la capacité de l’équipe à performer à ce point. Mon message n’aurait pas porté ». Et du coup, comme l’ancien adjoint de Jean-Louis Gasset, il se serait trouvé en grosses difficultés. Aujourd’hui, les Verts signeraient sans doute pour une place dans le TOP 5 au terme de la saison…


    Vous avez aimé cet article ? Faites-le savoir !


    Votre article dans

    Ecrivez sur votre club