En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

Ecrivez sur votre club L'actualité de votre club
    Les mots forts de Didier Santini (entraineur de Béziers) menacé de relégation

    Coronavirus Covid-19

    Actus

    Coronavirus Covid-19

    Les mots forts de Didier Santini (entraineur de Béziers) menacé de relégation

    15 avr. 2020

    « Je préfère descendre et voir l’épidémie disparaître »

    C’est demain au terme du comité exécutif de la Fédération que Noël Le Graët va donc annoncer la fin prématurée de tous les championnats amateurs, du plus bas niveau (départemental) au National. Avec un souhait fort : ne pas prononcer de « saison blanche » mais arrêter les classements à la da te de la suspension des championnats. Sans doute la « moins mauvaise » des solutions mais qui va quand même faire du mal à de nombreux clubs (relégué ou qui manqueront la possibilité encore réelle de monter)

    Parmi les clubs lésés par une fin de saison prématurée et des classement gelés, l’AS Béziers, qui occupe la 16ème place du National et qui pourrait être rétrogradé en National 2 au même titre que les quatre derniers au classement. Une décision cruelle quand on sait que les Biterrois n’auront été relégables que deux journées depuis le début de la saison et qu’ils n’ont qu’un petit point de retard sur le premier non relégable (Quevilly-Rouen, qui compte un match de retard). Mais son entraineur, Didier Santini ne veut pas crier à l’injustice. « Ce qui est certain, c’est que je préfèrerais descendre et que l’épidémie disparaisse d’un coup de baguette magique », souligne le technicien qui travaillait encore en Chine il y a un an comme entraineur adjoint de l’équipe nationale des U18, et qui a beaucoup d’amis qui lui parlent de la situation à l’autre bout du monde. Quand on évoque avec Didier la tendance actuelle, qui ne condamnerait que deux clubs, avec un championnat à 20 équipes pour la saison prochaine, il ne veut pas trop espérer. « Cette solution, on en a effectivement entendu parler mais on n’est au courant de rien… Tous les joueurs m’appellent pour avoir des infos, mais comme tout le monde on attend la décision de la FFF et il faudra la respecter ».

    Aussi cruelle soit-elle (Béziers s’apprêtait à rencontrer les équipes de bas de tableau), la décision sera acceptée par le technicien biterrois arrivé au cœur de l’automne sur le banc de l’ASB. « C’est sûr que c’est difficile à subir parce qu’on sentait qu’il se passait quelque chose et qu’on avait largement les moyens de se sauver, mais si on doit descendre et bien je me dirais surtout que nous aurions dû faire mieux avant, pour ne pas se retrouver dans cette situation ». Lucide, l’ancien joueur de Bastia comprend que certains vont avoir du mal à accepter les décisions de la Fédération. « Ce sera dur, mais c’est comme ça. Les gens n’ont pas le droit d’aller voir leurs morts, des centaines de personnes se trouvent seules pour affronter la maladie et vivre leurs derniers jours, alors on peut bien accepter de descendre ou de ne pas monter, même si on a le sentiment que l’on avait les moyens de changer les choses ».


    Vous avez aimé cet article ? Faites-le savoir !


    Votre article dans

    Ecrivez sur votre club