En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

Ecrivez sur votre club L'actualité de votre club
    Les Verts coulent, à qui la faute ?

    Ligue 1

    Actus

    Ligue 1

    Les Verts coulent, à qui la faute ?

    9 févr. 2020

    > Montpellier - Saint-Etienne (15h)

    Claude Puel est-il en situation d’échec à Saint-Etienne ? Chez les suiveurs des Verts et tout particulièrement chez les supporters, le débat est ouvert. Il y a ceux (majoritaires) que l’ancien joueur de Monaco a dû repartir de rien en arrivant dans le Forez, et ceux qui soulignent que les Stéphanois ont terminé à la 5ème place la saison dernière et ne comprennent pas comment l’équipe peut se retrouver juste au dessus de la zone rouge aujourd’hui.

    « J’ai toujours été conscient qu’il y avait beaucoup à faire », commente pour sa part Claude Puel qui ne s’affole pas. « Quand nous avons eu notre série de 9 matchs d’invincibilité, je disais déjà qu’il y avait encore beaucoup de travail à faire et qu’il ne fallait pas s’emballer ».

    Si l’équipe a longtemps été diminuée par de très nombreux blessés (jusqu’à une équipe complète à l’infirmerie) avant de perdre de nouveau deux joueurs importants (Hamouma et Khazri sont absents pour plusieurs semaines), ce n’était pas le cas pour les matchs à Metz (1-3) et contre l’OM (0-2). Deux rencontres au cours desquelles les Verts n’ont jamais donné l’impression de pouvoir réagir, montrant des faiblesses inquiétantes en défense. Une fébrilité qui a même gagné Stéphane Ruffier, beaucoup moins souverain ces dernières semaines.

    Un recrutement raté

    Difficile quand même de constater que les Verts sont passés de la 5ème à la 15ème place, seulement 4 points devant le barragiste, Nîmes, en l’espace de 8 mois. A y regarder de plus près, on trouve quand même quelques explications. Notamment le recrutement. Etait-il judicieux de remplacer Cabella (parti à Krasnodar au dernier moment) par Boudebouz ? L’importance du n°7 des Verts a sans doute été mal appréciée… Palencia, Aholou, Honorat, Youssouf, Trauco, Moukoudi (déjà reparti en prêt en Championship) ont-ils le niveau pour le premier tiers du classement ? Seul Denis Bouanga, arrivé en provenan ce de Nîmes est une réussite.

    Pendant ce temps, Debuchy et Perrin ont pris un an de plus. Tous les deux ont 34 ans, tout comme Cabaye et déjà beaucoup, beaucoup de matchs derrière eux.

    Il y a aussi les cas Béric et Diony. En quête de liquidités, les Verts auraient préféré voir partir le second, mais c’est le premier qui a eu une piste en MLS…

    Malgré tout, avec cet effectif, Puel a quand même réussi à enchainer 9 matchs de suite sans perdre après son arrivée… Mais là encore, il y a peut-être une explication. Dans un premier temps, le successeur de Printant a voulu « sauver les meubles » et « prendre des points coute que coute » pour sortir le club de l’ornière. Une fois sortie d’affaire (enfin, le pensait-il…), Puel a mis en route un projet pour l’avenir. Ce qui n’est pas forcément compatible avec le groupe à sa disposition. Le technicien stéphanois a donc fait appel aux jeunes (Abi, Fofana, Camara, Riviera, ou encore Youssouf et Nordin), sans parvenir à dégager une équipe type.

     

    Un laboratoire plus qu'une vraie équipe...

    Le tout nous amène au principal problème des Verts aujourd’hui : l’absence d’équipe type et de fond de jeu (les deux vont ensemble). Aujourd’hui, les Verts ressemblent plus à un laboratoire qu’à une vraie équipe. Avant de coucher les 11 titulaires de Puel, deux noms seulement font l’unanimité : Bouanga et Saliba. Tous les autres n’ont aucune garantie. Sauf peut-être Khazri quand il n’est pas forfait ou diminué.

    Avant le déplacement périlleux à Montpellier (qui n’est pas en bien meilleur forme), force est de constater que les Stéphanois sont partis pour une fin de saison compliquée. Même pas en roule libre car ils sont obligés de regarder derrière où des équipes comme Nîmes, Metz et Dijon affichent une meilleure santé (même si les deux dernières ont connu des contre-performances hier soir). En attendant de jouer sa saison en Coupe de France, Saint-Etienne aurait quand même intérêt à relever la tête dès cette après-midi pour permettre au projet d’avancer. « Les résultats sont la partie visible du projet », souligne Puel. « Et comme dans tout projet, ça facilité les choses d’en avoir ».


    Vous avez aimé cet article ? Faites-le savoir !


    Votre article dans

    Ecrivez sur votre club