En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

Ecrivez sur votre club L'actualité de votre club
    L'ombre de Pochettino plane sur les grands d'Europe...

    Actus

    L'ombre de Pochettino plane sur les grands d'Europe...

    21 nov. 2019

    Barcelone, Real Madrid, Arsenal, Bayern, PSG...

    La mise à l’écart (que l’on disait espérée par le technicien lui-même) de Mauricio Pochettino met la pression sur de nombreux coachs, tout en ouvrant des perspectives intéressantes pour beaucoup de grands clubs européens.

    C’est la règle paradoxale du monde du football. Il y a 6 mois encore, Mauricio Pochettino était un génie. C’était l’entraîneur qui avait, en 5 ans, fait passer Tottenham de bonne équipe de Premier League à grand d’Europe. Avec lui, arrivé en 2015, petit à petit, les Spurs avaient gravi les échelons pour finir en finale de la Ligue des Champions.

    Démis de ses fonctions mardi dernier après un début de saison indigne de l’équipe et surtout son nouveau statut, créé de toutes pièces par le technicien espagnol, Mauricio Pochettino n’est pourtant pas devenu mauvais du jour au lendemain. La preuve : moins de 24 heures après sa mise à l’écart, on parle déjà de lui sur les bancs des plus grands clubs d’Europe. Selon les rumeurs, le Real Madrid et le Barça, dont les entraineurs (Zidane et Valverde) sont perpétuellement mis sur la sellette par les médias espagnols, et même le PSG pour l’après Tuchel, se frottent les mains de voir Pochetttino enfin libre. Mais ils sont très loin d’être les seuls…

    Emery peut trembler, mais ce n'est pas le seul...

    Barcelone

    Incapable de gagner la Ligue des Champions depuis 4 ans, ce qui pour un club comme le Barça est considéré comme une contre performance, Ernesto Valverde est chaque jour un peu plus sur la sellette. Si l’ancien adjoint de Luis Enrique tient, c’est en partie grâce au soutien du vestiaire et notamment Lionel Messi qui l’apprécie. Mais l’éventualité d’un départ est de plus en plus souvent évoquée et il se dit en Espagne qu’en cas de défaite dans le clasico (programmé le 18 décembre), sa tête tomberait. Et qui pour le remplacer ? Mauricio Pochettino qui est le candidat idéal. Dans son édition du jour, The Sun affirme même que le club catalan s’est mis en quête de l’attirer dans ses filets. Une information toutefois à prendre avec des pincettes. Le président Bartomeu a toujours affiché un soutien sans faille à son entraineur qui pour l’instant est bien parti pour se qualifier pour les huitièmes de finale de la Ligue des Champions et occupe la tête de la Liga, à égalité avec le Real Madrid, avec un match en retard chacun (le clasico).

    Real Madrid

    Le départ de Zidane reste le fantasme préféré de la presse espagnole depuis le début de saison. Mais le Français tient bon grâce à ses résultats. Comme Barcelone, le Real est bien parti pour se qualifier pour les huitièmes de la C1 et comme le club catalan, il occupe la tête de la Liga avec un match en retard…

    Comme pour Valverde, c’est donc le clasico qui va ajouter de la pression où en enlever pour la suite de la saison. Sauf que le match a lieu au Camp Nou et qu’une défaite (avec les honneurs) du Real serait moins catastrophique qu’un échec du Barça.

    L’ombre de Pochettino plane toutefois sur Madrid… Avant même sa mise à l’écart, la presse anglaise évoquait le désir de l’Argentin d’aller voir ailleurs pour trouver un autre challenge. Et la presse évoque depuis de long mois (avant même que Zidane ne revienne) l’intérêt de Florentino Perez pour Pochettino. Sauf qu’à l’époque il était pris…

    Paris SG

    Ancien joueur du club de la capitale, dont il a porté les couleurs entre janvier 2001 et juin 2003, Mauricio Pochettino a toujours été dans le viseur de Nasser Al-Khelaifi, devenu aujourd’hui celui de Leonardo. Pour Paris, le technicien argentin serait le successeur idéal de Thomas Tuchel. Mais, on l’a vu dernièrement quand le Bayern l’a sollicité, l’Allemand ne compte pas abandonner son poste aujourd’hui. Sous contrat jusqu’en 2021 avec Paris, il pourrait même aller jusqu’au bout de son bail, voir le prolonger en cas de bonnes performances en Ligue des Champions (une demi-finale au minimum). Du coup, le timing n’est malheureusement pas bon et Paris risque de passer à côté d’une piste privilégiée.

    Bayern Munich

    Sauf retournement de situation, Hans-Dieter Flick pourrait bien rester sur le banc du Bayern jusqu’à la fin de la saison… C’était du moins la position du club en début de semaine. L’ancien adjoint de Niko Kovac, qui a réussi ses débuts (victoire sur l’Olympiakos et qualification en C1, victoire écrasante sur Dortmund en Bundesliga) est lui aussi plus que jamais sous la menace Pochettino. Les dirigeants du club bavarois sont très intéressés et auraient même entamé des discussions avec l’entourage de l’Argentin pour connaître ses intentions. Une des possibilités pourraient être de laisser la saison se terminer comme ça et envisager son arrivée en juin prochain. Mais elle fait débat au sein du club allemand où beaucoup sont favorables à une arrivée dès la trêve hivernale pour donner au club toutes ses chances d’aller loin en Ligue des Champions.

    Arsenal

    Depuis mardi, la pression a augmenté sur les épaules d’Unaï Emery. L’ancien entraineur du PSG, qui a reçu le soutien de ses dirigeants avec toutefois une obligation d’améliorer les résultats (les Gunners sont 6ème à 8 points du big four), peut craindre encore un peu plus pour sa place. Pochettino est sur place, il connaît parfaitement la Premier League et se présente aujourd’hui comme une solution évidente pour régler les problèmes d’un club qui n’a pas progressé depuis l’arrivée d’Emery malgré de gros investissements financiers (arrivées de Pépé, David Luiz, Ceballos…).

    Et aussi : Milan AC, Naples, Manchester United...


    Vous avez aimé cet article ? Faites-le savoir !


    Votre article dans

    Ecrivez sur votre club