En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

Ecrivez sur votre club L'actualité de votre club
    Lyon, c'est de plus en plus flou !

    Olympique Lyonnais

    Actus

    Olympique Lyonnais

    Lyon, c'est de plus en plus flou !

    23 sept. 2019

    Sylvinho en question

    Manque d'ambition dans le jeu, incompréhension entre les joueurs et l'entraîneur, manque de caractère... la défaite de l'OL face au PSG promet des temps difficiles aux Gones s'ils ne rectifient pas le tir très rapidement.

    Ça fait un peu penser au « Champion Project » de Mc Court à l’OM. En annonçant clairement en début de saison qu’il voulait « inquiéter le PSG en championnat », Juninho a fait la plus grosse erreur de communication de sa nouvelle carrière de Directeur Sportif. Même si on en est seulement à 6 journées, soit environ 1/5ème de la saison, le match d’hier apparaît comme un véritable camouflet aux ambitions de l’ancien prince de Gerland, et avec lui son président, qui annonçait en juillet avoir une équipe pour « côtoyer le PSG beaucoup plus longtemps que par le passé ».

    Après 6 journées, Lyon pointe déjà à 7 longueurs du club de la capitale, c’est à dire un point de moins que la saison dernière (8 points de retard) et autant qu’il y a deux ans. Sauf que dans les deux cas, le PSG avait réussi un sans faute (18 points en 6 matchs) et qu’il n’était pas encore allé perdre au Groupama Stadium. Sur un plan comptable, à la même époque, l’OL de Syvinho a déjà deux points de moins que celui de Genesio la saison dernière et trois de moins que lors de l’exercice 2017/2018...

    Quand Lopes et Denayer disent le contraire de Sylvinho...

    Mais ce qui est autant inquiétant qu’incompréhensible, c’est le renoncement de l’OL avant même que le match ne commence. En alignant 7 joueurs à vocation défensive au coup d’envoi (Lopes, Andersen, Marcelo, Denayer, Dubois, Koné et Thiago Mendes) puis 8 dans le dernier quart d’heure (avec l’entrée en jeu de Tousart à la place de Reine-Adelaide), Sylvinho ne s’est absolument pas mis dans la posture d’un entraîneur qui voulait gagner pour se rapprocher des Parisiens (en cas de victoire, les Gones seraient revenus à 1 point du PSG). Après les 20 bonnes premières minutes de son équipe, on a même vu l’entraîneur brésilien rappeler ses latéraux à l’ordre pour ne pas qu’ils montent trop…

    Pourtant, les absences de Cavani, Mbappé, Icardi et Verratti (légèrement touché au mollet) pouvaient laisser penser que l’équipe de Tuchel était très diminuée en se présentant sur le pelouse du Groupama Stadium.

    Une tactique qui, dans les meilleurs des cas, aurait pu être récompensée d’un laborieux match nul. Mais une tactique qui a envoyé un terrible message aux supporters lyonnais. Celle d’une équipe résignée avant même d’aller au combat.

    Et cette question qui revient plus que jamais : Sylvinho avance-t-il dans la bonne direction ? Son message passe-t-il au près de ses joueurs ? Après la rencontre hier, on a été frappé par le double langage des Lyonnais. « Je voulais laisser attaquer l'adversaire pour contrer la tactique du Paris-SG, en solidifiant notre défense pour exploiter au mieux le potentiel de nos deux attaquants » expliquait Sylvinho. Quelques minutes plus tôt, Anthony Lopes disait tout le contraire. « L'idée, c'était d'essayer d'imposer notre jeu » commentait le gardien de but lyonnais, alors que son capitaine enfonçait le clou : « ce n’était pas notre tactique de jouer aussi défensif, on a manqué de caractère ».

    Interrogé sur son manque d’ambition, Sylvinho se retranche derrière la qualité des Parisiens. « Je parlerais plus d'un manque de création (ndlr : de l’équipe). Et puis il ne faut pas oublier que le PSG est une équipe de qualité exceptionnelle, avec 70 % de possession de balle, c'est vraiment difficile contre eux... »

    Pour terminer, Sylvinho a contredit les objectifs ambitieux de Juninho et Aulas, sans les citer. « Après les deux premières journées, j'avais dit que le chemin serait long. Prendre ce but dans les dernières minutes, c'est frustrant. Mon travail est de redonner de la confiance à cette équipe. » Plus question de «côtoyer » (Aulas) ou « inquiéter » (Juninho) le club de la capitale.  

    Il reste maintenant 48 heures avant le déplacement à Brest pour appuyer sur les bons leviers. Et surtout arriver à faire passer un message, qui visiblement ne fait pas l’unanimité. Si l'OL ne gagne pas en Bretagne chez le promu, ça va commencer à se compliquer sérieusement pour le Brésilien.


    Vous avez aimé cet article ? Faites-le savoir !


    Votre article dans

    Ecrivez sur votre club