En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

Ecrivez sur votre club L'actualité de votre club
    Lyon peut-il vraiment battre Manchester City ?

    LIGUE DES CHAMPIONS

    Actus

    LIGUE DES CHAMPIONS

    Lyon peut-il vraiment battre Manchester City ?

    15 août 2020

    Manchester City - Lyon (21h)

    L’Olympique Lyonnais peut-il réellement battre Manchester City et accéder aux demi-finales de la Ligue des Champions ? Il faudrait être fou pour répondre « non », mais ce sera très très compliqué pour les Gones...

    Rien que la victoire du RB Leipzig face à l’Atlético de Madrid jeudi est là pour nous rappeler que sur un match, tout est possible. On se rappelle d’ailleurs de ce soir d’octobre 2019, quand l’OL de Sylvinho était allé s’imposer en Allemagne (2-0, buts de Depay et Terrier). Et pas question de dire qu’à l’époque Leipzig était moins fort. Werner était encore là et les hommes de Nagelsmann postulaient encore très sérieusement au titre de champion… Mais ce n’est pas contre Leipzig que joue l’OL ce soir, mais face à Manchester City. Là aussi les Gones ont leurs références. C’était le 28 septembre 2018 avec une victoire à l’Ethiat Stadium qui avait secoué l’Europe du foot. Cette fois en revanche, c’est l’OL d’aujourd’hui qui n’a plus grand chose à voir avec l’équipe de l’époque, entrainée par Bruno Genesio. Nabil Fékir notamment, grand bonhomme du match (et auteur du deuxième but lyonnais) n’est plus là, tout comme Ndombélé.

    Impossible de répondre « non, l’OL ne peut pas battre City », mais en revanche, on peut déjà s’attendre à un match beaucoup plus compliqué que face à la Juventus, ou même face au PSG en finale de la Coupe de la Ligue. D’abord, rappelons que certes l’OL s’est qualifié à Turin, mais si le match avait lieu dans les conditions du final 8 Garcia et ses joueurs seraient retournés chez eux.

    Contre Paris comme face à la Juve, Lyon s’est contenté de bien défendre, ce ne sera pas suffisant ce soir. « Il faudra exister avec le ballon et marquer », insistait du reste Rudi Garcia hier en conférence de presse. « On est capables de le faire. Il faudra se procurer plus d'occasions, être plus dangereux même si on sait qu'on ne va pas gagner pas la bataille de la possession car c'est l'ADN de cette équipe de City. On essaiera d'utiliser au mieux le ballon ».

    Garcia et la méthode Coué

    Le souci, c’est que Manchester City est une des équipes qui sait le mieux utiliser le ballon justement. Lui laisser (ce qui semble inéluctable), c’est donc s’exposer. Si Lyon a gagné la bataille du milieu à Turin grâce à son trio Caqueret - Guimaraes - Aouar (la belle trouvaille de Garcia), rien ne dit qu’il en sera de même ce soir avec des joueurs d’un autre calibre en face : De Bruyne, R. Hernandez et Gündogan (ou David Silva). Pour contrer le talent (et l’expérience) du milieu de City, Garcia mise sur la force de son collectif. « Ce qui compte c’est ce qu’on va mettre dans ce match, l'animation, le sacrifice. Il faudra encore plus courir et utiliser le ballon car on est capables d'avoir des phases de jeu intéressantes. On joue avec nos forces et on va essayer d'annihiler celles de l'adversaire, même s'ils en ont beaucoup... L'aspect tactique est important mais le collectif sera une arme pour nous pour bien figurer dans ce match. On est tous les uns avec les autres, les uns derrière les autres. On est prêts à tout donner pour continuer l'aventure ». 

    Si on parle beaucoup du Bayern et son incroyable puissance de frappe, on doit aussi rappeler que les Citizen ont inscrit 19 buts au cours de leurs cinq derniers matchs, dont trois contre le Real Madrid en huitième de finale retour de Ligue des Champions. Si le point faible de l’équipe se trouve dans la fébrilité de sa défense, la force de frappe des Gones (un but sur un penalty généreux lors de ses deux derniers matchs officiels) ne fait plus peur. Entre Depay, qui revient d’une longue absence, Dembélé (qui pourrait retrouver sa place en attaque) qui n’a pas encore marqué cette saison en Ligue des Champions, Traoré (qui ne met pas un pied devant l’autre) et Toko-Ekambi qui découvre la compétition… Pas sûr que la méthode Coué suffise. « Avoir éliminé la Juventus Turin doit et nous donne plus de confiance », martèle l’entraîneur lyonnais. « L'appétit vient en mangeant. On a envie de rester longtemps à Lisbonne mais on sait que City est le grand favori de cette confrontation. Le début des quarts de finale a montré que les statuts pouvaient être malmenés. On espère que ce sera encore le cas samedi ». Nous aussi, on espère.


    Vous avez aimé cet article ? Faites-le savoir !


    Votre article dans

    Ecrivez sur votre club