En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

Ecrivez sur votre club L'actualité de votre club
    M. Dembélé : « marquer dans un derby, c'est bien pour entrer  dans le cœur des supporters »

    Interview

    Actus

    Interview

    M. Dembélé : « marquer dans un derby, c'est bien pour entrer dans le cœur des supporters »

    24 avr. 2019

    Le Lyonnais évoque ses débuts, ses doutes et ses buts décisifs...

    Meilleur buteur de l’OL avec 12 réalisations (et 3 passes décisives), Moussa Dembélé est une arme importante pour Génésio en cette fin de saison. Même si son adaptation à Lyon n’est pas encore complètement terminée, il revient sur ses débuts et ses buts décisifs dans le derby ou contre le PSG…

    Après des début difficiles, vous avez enchainé les buts pour l’OL… Vous aviez-vous besoin d'un temps d'adaptation ?

    Forcément. Je savais que ce n'est pas toujours facile au début quand on arrive dans un nouveau club. Mais il faut travailler, s'accrocher à l'entraînement pour faire en sorte d'assimiler le plan de jeu du coach. C'est sûr que cela a pris un peu de temps, mais aujourd'hui je me sens de mieux en mieux et c'est de bon augure pour la suite.

    A votre arrivée au Celtic Glasgow en 2016 en provenance de Fulham, cela avait-il été la même chose…

    Oui. A Glasgow, lors de mes premiers matches, malgré de bonnes prestations, je n'avais pas marqué. Il faut toujours un temps d'adaptation, c'est comme ça dans tous les clubs.

    Y a-t-il eu un déclic pour vous cette saison ?

    Non, pas forcément. Je dirais plutôt que c'est venu petit à petit. J'ai fait en sorte de rester concentré chaque fois que le coach et l'équipe avaient besoin de moi.

    Votre arrivée tardive, le 31 août, a-t-elle également nécessité un temps d'adaptation plus important ?

    Oui, cela peut également jouer, mais pas tant que cela. En tant que professionnel, il faut se tenir prêt à chaque fois qu'on fait appel à toi. Plus que la date d'arrivée, c'est le nouvel environnement qui nécessite un temps d'adaptation.

    On imagine aussi que le jeu est différent de celui pratiqué au Celtic Glasgow…

    Oui, même si on avait également beaucoup le ballon au Celtic avec un jeu au sol. Mais c'est sûr qu'arriver dans un nouveau championnat dans une grande équipe comme l'OL, c'est un niveau différent. Il faut prendre ses marques et c'est avec le temps qu'on y parvient.

    On vous voyait surtout comme un attaquant performant dos au but alors que c'est dans le jeu en profondeur que vous avez apporté un plus à l'équipe…

    J'ai toujours eu cette caractéristique depuis mes débuts. J'ai toujours davantage demandé le ballon dans la profondeur que dans les pieds. Comme j'ai évolué en Angleterre et en Ecosse, et que je suis grand et costaud, on peut penser que mon point fort est de garder le ballon dos au but. Je sais le faire, mais je préfère jouer dans la profondeur. J'en ai parlé avec le coach, il m'a dit simplement de jouer sur mes qualités. Il s'avère que c'est ce dont l'équipe manquait.

    Vos coéquipiers ont également dû s'adapter petit à petit à votre style de jeu…

    C'est sûr, c'est donnant-donnant. Maintenant, ils avaient déjà un style de jeu, c’était à moi de leur montrer quelles sont mes qualités et de faire en sorte que ce soit bénéfique pour l’équipe.

    « L'Equipe de France ? En tant que joueur de l'Olympique Lyonnais, on se doit d'être ambitieux.. »

    Sentez-vous que le regard sur vous a changé depuis votre but victorieux à la dernière seconde dans le derby à Saint-Etienne (2-1) ? Oui, c'est sûr que cela a changé le regard. Un derby, ça se gagne et un but dans les dernières minutes marque les esprits. C'est sûr, c'était un but important, mais je fais abstraction de ça car il faut toujours se remettre en question et et rester concentré.

    Quelles différences entre OL-ASSE et le derby de Glasgow ?

    Il n'y en a pas vraiment. Ce sont deux villes ou deux quartiers qui ne s'aiment pas, c'est le même impact. Marquer dans un derby, c'est bien pour entrer dans l'histoire et dans le cœur des supporters.

    Léo Dubois vous a offert deux passes décisives à Saint-Etienne et contre Paris, vous vous entendez bien ?

    Léo, je le connais depuis l’équipe de France Espoirs, je sais qu’il sait faire de bons centres. Dès qu’il a le ballon, j’essaie de me procurer un espace dans la surface. Mais c’est sûr qu’on a eu un peu la même trajectoire à l’OL. On a essayé de s’adapter, ça peut prendre du temps, mais ce n’est pas pour autant qu’on avait le moral bas. Moi en tout cas, non. On se concentre, on fait en sorte de s’entraîner à fond et de tout donner pour le collectif dès qu’on en a l’occasion. Je suis content pour lui car il est revenu d’une longue blessure et il a prouvé qu’il était capable de faire de grandes choses.

    Ambitionnez-vous que l'OL vous serve de tremplin pour l'équipe de France ?

    C'est sûr. En tant que joueur de l'Olympique Lyonnais, on se doit d'être ambitieux. L'équipe de France est dans un coin de ma tête. Mais je me concentre d'abord sur le club. J'essaie de mettre tous les chances de mon côté et on verra par la suite si l'équipe de France viendra...

    > Retrouvez cet entretien, ainsi que toute l'actu de l'Olympique Lyonnais dans le magazine Le Foot Lyon, en vente chez votre marchand de journaux.


    Vous avez aimé cet article ? Faites-le savoir !


    Votre article dans

    Ecrivez sur votre club