En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

Ecrivez sur votre club L'actualité de votre club
    Maintien : 3 finales, un perdant

    Ligue 1

    Actus

    Ligue 1

    Maintien : 3 finales, un perdant

    24 mai 2019

    > 38ème journée (21h05)

    Protégé par sa différence de buts, l’AS Monaco peut même se permettre de perdre à Nice pour éviter les barrages. La vraie lutte pour le maintien se joue essentiellement entre Amiens (17è), Caen (18ème) et Dijon (19ème). Et on voit mal cette hiérarchie bouger ce soir…

    Le 16 mars dernier, c’est un véritable cauchemar que vivaient les joueurs du Stade Malherbe de Caen. Menés 0-3 par Saint-Etienne et incapables de réagir, les Normands encaissaient deux nouveaux buts en fin de match (86ème et 91ème) au son des “On est en Ligue 2 ! ”, “On est en Ligue 2 ! ” clamés par les supporters qui n’avaient pas encore quitté le stade de colère. Les chants descendaient des tribunes de D’Ornao tels des oraisons funèbres. Il faut dire qu’au soir de la 29èlme journée, Caen était bon dernier, un peti point derrière Dijon et deux derrière Guingamp, mais avec neuf unités de moins qu’Amiens et dix points derrière Monaco ! Autant dire qu’il fallait être un supporter bien accroché et passionné pour miser sur une saison supplémentaire en Ligue 1 !

    A l’époque, Rolland Courbis n’avait pas peur de passer pour un fou en expliquant que la claque reçue par les Verts allait « leur servir pour se maintenir ». Deux mois et cinq jours plus tard, on peut se demander s’il n’avait pas raison. En 8 matchs, Caen a pris 13 points (8ème bilan de L1), 7 de plus qu’Amiens et Monaco qui sont dans sa ligne de mire aujourd’hui. Derrière, Dijon a beau s’accrocher (10 points pris sur la même période, soit le 11ème bilan de Ligue 1), il a vu les Normands prendre les devants lors de sa défaite à D’Ornano (1-0, 34ème journée). Aujourd’hui, Dijon n’a plus son destin entre les mains. Si Caen bat Bordeaux, alors les Bourguignons tomberont en Ligue 2, quelque soit le résultat de leur match face à Toulouse.

    « Il y a un mois, on était presque en Ligue 2, explique Courbis, même les supporters pouvaient le scander (en fait le coach normand veut dire « il y a deux mois »). Aujourd’hui, celui qui a toujours le bon goût de la formule a les mots pour évoquer la résurrection de son équipe : «  il nous reste un ou trois matchs pour monter en Ligue 1 ».

    Sursaut d'orgueil de Bordeaux : Courbis se méfie, Kombouaré l'espère...

    Aujourd’hui, un match nul suffit aux Caennais, qui ont une meilleure différence de buts que Dijon (-24 contre -30) pour jouer le match de barrage, objectif avoué au cœur de l’hiver, mais en cas de victoire, si Guingamp venait à s’imposer à Amiens ou si Monaco prenait l’eau à Nice, les Normands pourraient même éviter le duel couperet avec le représentant de Ligue 2. « On pense uniquement à gagner. On fera les calculs après le match. [...] J'ai regardé les derniers matchs des Girondins. Leurs défaites se jouent sur des détails. Ils voudront arrêter la spirale négative ».

    C’est aussi ce que l’on espère du côté de Dijon. « On ne sait jamais ce qui peut se passer, on l'a vu en Ligue des champions. On peut espérer que Bordeaux ait un sursaut d'orgueil, car il n'a jamais connu sept défaites de suite en L1. On va voir si les Girondins ont de la fierté », explique Antoine Kombouaré, qui sait que son équipe va avoir besoin de chance pour sauver sa tête. « Ce match, on l'aborde avec le plus grand sérieux et le plus grand professionnalisme, pour surtout le gagner à tout prix, ne pas avoir de regrets et finir sur une très bonne note à domicile », insiste l’entraîneur du DFCO. « J'ai regardé Paris FC - Lens et dans ma petite tête, je me suis dit pourquoi pas nous, ce serait beau de faire les barrages ».

    A Amiens, seule équipe parmi les 5 derniers à ne pas avoir changé d’entraîneur en cours de saison, Christophe Pélissier est aussi le plus serein des coachs. « Depuis le début de la saison, nous sommes préparés à cette éventualité, explique l’entraîneur des Picards. En janvier, j’avais dit que ça se jouerait lors de la dernière journée ». Pour celui qui est en fin de contrat dans quelques semaines (et qui est en pleine négociation pour prolonger), le match de ce soir est une finale attendue. « Je vois que les garçons ne lâchent rien. On a notre destin entre nos mains. Ce match, on l’a préparé comme une finale ».

    > Les positions avant la 38ème journée

    (Guingamp, 20ème est déjà officiellement en Ligue 2)

    1. Monaco, 36 points (-17)
    2. Amiens, 35 points (-22)
    3. Caen, 33 points (-24)
    4. Dijon, 31 points (-30)

    > Les matchs de la 38ème journée

    Amiens – Guingamp (20ème)

    Nice (7ème) – Monaco

    Cean – Bordeaux (14ème)

    Dijon – Toulouse (15ème)


    Vous avez aimé cet article ? Faites-le savoir !


    Votre article dans

    Ecrivez sur votre club