En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

Ecrivez sur votre club L'actualité de votre club
    Maracineanu : et si le problème c'était elle ?

    Chronique

    Actus

    Chronique

    Maracineanu : et si le problème c'était elle ?

    30 mai 2020

    La Ministre des Sports méprise le foot

    Le 20 juin, tous les plus grands championnats européens auront repris sauf la France. Que l'on soit pour ou contre l'arrêt du foot dans notre pays, on ne peut que regretter une prise de décision sans doute trop rapide. Et constater le rôle joué par la Ministre des Sports qui fait preuve d'un mépris incroyable envers le milieu du foot. La chronique de Stéphane Désenclos, rédacteur en chef du Quotidien du Foot.

    Et si le grand malheur du football français en ces temps de crise n’était-il pas tout simplement sa Ministre de tutelle ? Certes, depuis le départ, nos présidents de club ont creusé leur propre tombe en faisant preuve d’un (très) dommageable manque de cohésion face à la pandémie, mais que dire de l’attitude de Roxana Maracineanu ? Depuis le départ, la ministre des sports, qui rappelons-le vient d’un sport individuel (première championne du monde de natation, en 1998), n’a jamais donné le sentiment de faire le maximum pour le bien du football français. Placé entre les instances du football (Ligue et Fédération) et le Premier Ministre, elle a fait preuve de naïveté autant que de manque de compétences pour gérer une situation exceptionnelle. On sait aujourd’hui que la fameuse date du 3 août ne peut plus être une raison pour empêcher la reprise de nos championnats professionnels. Pour deux raisons : d’abord parce qu’elle n’a jamais été une épée de Damoclès au dessus des Ligues, mais en plus parce que l’on s’aperçoit aujourd'hui qu’une reprise à huis clos, calquée sur nos voisins européens, aurait permis à la Ligue 1 de se terminer fin juillet. C’était d’ailleurs le plan annoncé : reprise de l’entraînement individuel vers le 20 mai (ce qui est le cas pour Rennes et Strasbourg), puis des entrainements collectifs début juin (ce que le Premier Ministre a validé), pour une reprise de la saison vers le 22 juin, ce que l’évolution de la crise sanitaire semble pouvoir permettre. Le rôle de la ministre des sports ne devrait-il pas être de tout faire pour aider un secteur d’activité tel que le football professionnel, qui brasse des centaines de millions d’euros ? Comme Didier Guillaume, Ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation doit consolider le secteur de l’agriculture. Qu’a fait notre Ministre des Sports ? Rien à part se retrancher derrière les recommandations de son Premier Ministre et les conseils pas toujours bons des instances du foot.

    Sa sortie hier soit lors d’un entretien à L’Alsace ne fait que l’enfoncer. « Que voulez-vous que je vous dise ? Les salles de cinéma vont rouvrir bientôt. Si M. Aulas a différents scénarios à proposer, je l’invite à en faire un film et à le proposer en salle puisqu’il y aura un public ». A travers ces propos, en réponse au courrier adressé par le président de l’OL, on voit tout le mépris du Ministre des Sports envers un des plus grands présidents du football français devenu, quoi qu’on en dise une personnalité incontournable. On n’est pas obligé d’être d’accord avec l’acharnement de Jean-Michel Aulas (même si on était plutôt favorable à une reprise), mais cette façon indigne de lui manquer de respect à ce point est une insulte au football français autant qu’une des explications à la situation dans laquelle il se trouve.


    Vous avez aimé cet article ? Faites-le savoir !


    Votre article dans

    Ecrivez sur votre club