En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

Ecrivez sur votre club L'actualité de votre club
    Marco Verratti : « c’est toujours magnifique de gagner un titre »

    Ligue 1

    Actus

    Ligue 1

    Marco Verratti : « c’est toujours magnifique de gagner un titre »

    7 avr. 2019

    > PSG - STrasbourg (21h)

    Avant la réception de Strasbourg ce soir, et alors que le titre ce champion se rapproche, Marco Verratti était de passage en conférence de presse. L’occasion pour l’international italien de passer en revue l’actualité du PSG. Son goût soudain pour les frappes, son entraineur et le titre ce champion qui approche, mais aussi le couac de Manchester et la suite de sa carrière…

    Ce titre qui vous tant les bras, vous allez le savourer ?

    C’est toujours émouvant. Gagner un titre n’est jamais facile. On a fait beaucoup d’efforts. J’espère qu’on sera champions devant nos supporters au Parc. La Ligue des champions reste dans nos têtes mais il faut avancer. C’est toujours magnifique de gagner le titre. C’est long et beau. Il y a la même saveur.

    La saison du PSG restera quand même entaché par ce match contre Manchester au Parc…

    En huit mois, le coach a réalisé du bon travail. En Ligue des Champions, on a terminé en tête d’un groupe très difficile. Le seul regret, le plus grand, c'est ce match retour contre Manchester (1-3). On arrive sans notre joueur le plus important (ndlr : Neymar). Il le démontre toujours quand il joue. C'est comme si le Barca jouait sans Messi contre Lyon, c'est un autre match, si la Juve jouait sans Ronaldo contre l'Atlético, c'est un autre match. 

    Selon-vous que faut-il de plus pour que le PSG ait les moyens d’aller plus loin en Ligue des Champions ?

    On est déjà une grande équipe. On est vraiment proches de réussir en Ligue des Champions. Cette année, il y a eu ce match contre Manchester. C'était un match bizarre. On a dominé, mais on a pris trois buts. On a fait des erreurs, c'est le foot, il ne faut pas se permettre de faire des erreurs à ce niveau.

    Cette saison peut-être encore plus que les autres, on vous sent épanoui, heureux d’évoluer dans cette équipe…

    J'aime bien cette équipe, on peut arriver loin avec un peu plus de concentration. Ça peut mal commencer mais faut rester lucides. Ça fait deux-trois ans qu'on sort pour des petites choses, on fait toujours les mêmes erreurs. 

    On parle souvent de votre mode de vie qui ne serait pas toujours en adéquation avec le très haut niveau, ça vous agace ?

    Aujourd’hui, j’ai l’impression que ce qui se passe en dehors du terrain est plus important que ce qui se passe sur le terrain. J’accepte les critiques sportives. Je m’entraîne tous les jours. Je ne mène pas la vie que l’on dit. Ce qui compte pour moi, c’est ce que je fais pour le club. Il faut être pro et c’est le plus important.

    « J’ai mes habitudes. Quand je ne parle pas, je me sens en dehors du jeu »

    Et votre comportement sur le terrain, toujours en train de parler aux arbitres…

    Avec les arbitres, ça va mieux. Je ne suis pas méchant. Quand je joue au foot, je ne pense plus à rien d’autre. J’ai mes habitudes. Quand je ne parle pas, je me sens en dehors du jeu. J’aime garder mes habitudes.

    Vous vous voyez rester encore longtemps à Paris ?

    J'ai toujours dit que j'étais vraiment bien ici. Ça fait déjà sept ans et j'ai toujours la même envie, comme au premier jour. Je suis bien avec le club, les coéquipiers, j'ai confiance en ce projet. La prolongation sera un choix du club s'il le veut. J'ai encore deux ans de contrat, ce n’est pas le moment de parler de prolonger, mais je pourrais rester longtemps ici.

    Paris va être champion bien avant la fin du championnat, peut-être même dès ce match contre Strasbourg… Ne doit-on pas craindre un certain relâchement sur les derniers matchs…

    Non, je ne crois pas. Personnellement, je ne pourrais pas entrer sur un terrain avec une autre idée en tête que gagner. Déjà, dans les 4/4 à l’entraînement, on ne supporte pas la défaite, alors pas question de laisser filer des matchs.

    En cette fin de saison, on découvre une nouvelle facette de votre jeu. Vous vous mettez enfin à tirer et à marquer !

    C’est une semaine particulière (ndlr : Marco a marqué avec l’Italie contre le Lichtenstein puis en demi-finale de la Coupe de France contre Nantes). Je n’ai pas l’habitude. Contre Nantes, c’était un match important. Parfois, c’est comme ça, il n’y a pas eu de déclic. Le coach m’a fait beaucoup de blagues là-dessus. Ce n’est pas mon objectif principal, je suis plus dans la passe pour mes partenaires.


    Vous avez aimé cet article ? Faites-le savoir !


    Votre article dans

    Ecrivez sur votre club