En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

Ecrivez sur votre club L'actualité de votre club
    Naïm Sliti (Tunisie) l’envol de l’aigle de Carthage ?

    CAN 2019

    Actus

    CAN 2019

    Naïm Sliti (Tunisie) l’envol de l’aigle de Carthage ?

    5 juin 2019

    Portraits d'Afrique (suite)

    Suite de notre série de portraits des principaux animateurs de la CAN avec le Tunisien Naïm Sliti. Celui qui était du voyage en Russie l’été dernier ( la Tunisie y a terminée 3ème de sa poule derrière la Belgique et l’Angleterre) se doit d’assumer son rôle de leader technique (avec Wahbi Khazri) d’une sélection qui a pour objectif de faire mieux qu’en 2017 et une élimination en quart de final face au Burkina Faso.

    L’international tunisien a été le grand artisan du maintien du DFCO en première division, grâce notamment à son doublé lors du barrage retour face au RC Lens. Celui que l’on annoncé sur le départ de Bourgogne, auteur d’une saison à l’image son équipe, compliquée, ponctuée par 10 buts et 5 passes décisives toutes compétitions confondues, doit profiter de cette compétition continentale afin d’attirer les regards. Mais aussi reprendre du plaisir après avoir dû s'adapter aux méthodes de Kombouaré au DFCO...

    Le moins que l’on puisse dire, c’est que son parcours hexagonale n’est pas des plus simple, passé par Sedan, le Paris FC et le Red Star (dont il est l’un des principaux artisans de la montée en L2 en 2016), le joueur né à Marseille il y a 26 ans rejoint à l’été 2016 le LOSC alors entrainé par Marcelo Bielsa , il ne s’y imposera jamais réellement, ne jouant que 16 matchs pour un seul petit but.

    Frustré par le jeu prôné par Kombouaré à Dijon

    Naïm quitte alors le nord pour la Bourgogne et Dijon, club dans lequel il dispute 66 matchs de championnat en deux ans (pour 10 buts). Sous les ordres d’Olivier Dall’Oglio le Tunisien, fin dribbleur, percutant et adroit devant le but, montre l’ensemble de ses qualités techniques dans une équipe qui pratique un football agréable malgré des moyens limités. Mais Dall’Oglio paie les mauvais résultats, limogé fin décembre 2018 il est remplacé par Antoine Kombouaré qui à pour mission de maintenir le club dans l’élite. Moins flamboyant et bien moins adapté à ses qualités, le jeu du DFCO met alors moins en valeur le créateur qu'il est.

    Sur le plan international, celui qui a connu sa première sélection le 3 juin 2016 lors d’une victoire 3 buts à 0 face à Djibouti, peut se targuer d’avoir disputé le mondial russe l’été dernier. Une expérience non négligeable à laquelle on peut ajouter la CAN 2017. Un passé qui fait de l’homme aux 26 sélections (pour 3 buts) l’un des piliers des aigles de Carthage qui peuvent légitimement espérer sortir de leur poule (Tunisie, Mali Mauritanie et Angola) et pourquoi pas s’envoler vers les sommets ?


    Vous avez aimé cet article ? Faites-le savoir !


    Votre article dans

    Ecrivez sur votre club