En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

Ecrivez sur votre club L'actualité de votre club
    Paris, jamais 2 sans 3 ?

    LIGUE DES CHAMPIONS

    Actus

    LIGUE DES CHAMPIONS

    Paris, jamais 2 sans 3 ?

    22 oct. 2019

    > Cercle Bruges - PSG (21h)

    Dans la foulée de ses belles victoires face au Real et Galatasaray, le PSG est à Bruges pour confirmer le célèbre dicton...

    En corrigeant le Real Madrid au Parc (3-0) et en s’imposant à Istanbul face à Galatasaray (1-0), le PSG s’est facilité la tâche. Les difficultés des Espagnols aidant, c’est sans aucune pression que les Parisiens sont en Belgique pour tenter de poursuivre leur belle série : 2 matchs, 2 victoires et aucun but encaissé. Les Parisiens se méfient quand même d’une équipe capable de mener 2-0 à San Bernabeu (avant de se faire remonter à 2-2) et ne veulent surtout pas prendre ce match à la légère. « Je n'ai pas classé nos adversaires par ordre de difficultés », a d’ailleurs insisté Tuchel en conférence de presse. L’entraîneur allemand, qui s’attend à voir les Belges mettre beaucoup d’intensité dès l’entame du match, a d’ailleurs préféré préserver Mbappé en le mettant sur le banc au coup d’envoi. Mais par volonté de faire mal à son adversaire en lui mettant la pression très haut, ce n’est pas Sarabia qui débutera à sa place mais Choupo-Moting, Tuchel a clairement annoncé son ambition. Des choix qui en disent long sur l’état d’esprit du technicien parisien au moment d’affronter l’équipe présumée la plus faible du groupe.

    Aussi une bataille tactique

    Au delà de la supériorité technique des Parisiens, c’est aussi un match tactique que les deux coachs vont disputer. Formation très compacte, mais aussi très offensive (26 buts inscrits en 10 matchs de championnat), le Cercle Bruges a dans l’idée de ne pas attendre les Parisiens derrière. « Ce qui est sûr, c’est que défendre bas devant notre surface n’est pas une option » a reconnu Philippe Clément. « Si nous faisons cela, les attaquants entreront comme dans du beurre ». S’il estime son équipe « capable de tout », l’entraîneur belge estime que « gagner serait un miracle ».

    En cas de victoire, le PSG de son côté mettrait 8 doigts pieds en huitièmes de finale. Et si Galatasaray et Madrid faisaient match nul à Istanbul, ce serait même avec la quasi certitude de terminer à la première place du groupe. Il ne manquerait plus alors qu’une victoire au Parc contre Bruges ou Galatasaray (peu importe) pour valider le fait d’être tête de série pour les huitièmes.

    Mais on n’en est pas là. Alertés par le très bon match des Belges à Madrid (rappelons qu’ils étaient réduits à 10 en fin de match et qu’ils ont tenu le match nul), les Parisiens abordent cette 3ème étape avec méfiance mais ambitions. « C’est le match piège par excellence », estime d’ailleurs Thomas Meunier, qui revient dans le club qui lui a permis de se révéler (il y a passé cinq saisons). La clé du match ? Tenir le 0-0 et laisser parler le talent des attaquants. « Quand on garde le 0-0, c’est quand même signe de victoire », souligne Meunier. « Après c’est à Di Maria, Cavani, Icardi ou Mbappé de faire la différence… »

    > L’équipe du PSG à Bruges :

    Navas – Meunier, Kimpembé, Thiago Silva (cap.), Bernat – Marquinhos, Verratti, Herrera – Di Maria, Icardi, Choupo-Moting

    > Le classement du groupe A :

    1. Paris SG, 6 pts +4
    2. Bruges, 2 pts 0
    3. Galatasaray, 1 pt -1
    4. Real Madrid, 1 pt -3

    > Les matchs du jour :

    Cercle Bruges – Paris SG

    Galatasaray – Real Madrid


    Vous avez aimé cet article ? Faites-le savoir !


    Votre article dans

    Ecrivez sur votre club