En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

Ecrivez sur votre club L'actualité de votre club
    Pourquoi il faut suivre ces 3 matchs

    COUPE DE LA LIGUE

    Actus

    COUPE DE LA LIGUE

    Pourquoi il faut suivre ces 3 matchs

    19 déc. 2018

    OM-Strasbourg, Rennes-Nantes et Monaco-Lorient (tous à 21h05)

    On l'a vu hier avec Orléans - PSG (1-2), les matchs de coupe réduisent les écarts entre les équipes. Conditions de jeu, joueurs mis au repos, pression, motivation exacerbée... Pourquoi il faut regarder les huitièmes de finale de la Coupe de la Ligue.

    Rennes - Nantes : suprématie régionale en jeu

    C’est loin d’être le moins intéressant des huitièmes de finale. Si les deux équipes regardent d’abord le championnat, elles veulent trouver dans les coupes le moyen d’ajouter du piment à leur première partie de saison compliquée. Même si Rennes a trouvé les ressources pour se qualifier pour la première fois de son histoire en 16ème de finale de Coupe d’Europe. Les deux formations qui occupent actuellement le milieu de tableau ont la particularité d’avoir réussi leur changement d’entraîneur en cours de saison. A Rennes, Julien Stephan reste sur 3 victoires de rang (2 en Ligue 1, une en Ligue Europa), toutes les trois sans encaisser le moindre but, sur le même score de 2-0. A Nantes, « Coach Vahid » est là depuis plus longtemps mais affiche des stats impressionnantes par rapport à son prédécesseur : 14 points de pris en 8 matchs, avec seulement 2 défaites et 16 buts inscrits. Au coude à coude en Ligue 1, Rennes et Nantes s’étaient quittés sur un match nul (1-1) au Roazhon Park en championnat, le 11 novembre dernier. Vainqueurs 3-0 à Montpellier en 16èmes de finale, les Canaris ont prouvé qu’ils savaient se mobiliser pour cette compétition.

    Et puis il y a une suprématie régionale en jeu, avec une opposition très forte entre deux clubs ennemis.

    Monaco - Lorient : pour une première à Louis II ?

    Avant la réception de Guingamp samedi et après le naufrage de Lyon, Monaco va tenter de gagner pour la première fois de la saison à domicile (toutes compétitions confondues). Histoire de se donner une confiance indispensable pour décrocher son maintien. Même si c’est une équipe de Ligue 2 en face, le match de l’ASM au Groupama Stadium nous incite à la plus grande prudence. « Tu peux perdre, mais perdre avec ce qu’on a montré, c’est inacceptable », ne décolère pas Thierry Henry qui attend une réaction, « dès le match contre Lorient ». Avant la venue de Guingamp. « J’attends une réaction mais il y aura un roulement. J’attends surtout une grosse réaction contre Guingamp. Ce sera la guerre ». Même si les deux équipes alignées par le champion du Monde (contre Lorient puis contre Guingamp) ne seront pas les mêmes, Henry sait qu’on ne se prépare pas à faire « la guerre » en perdant des batailles.

    OM - Strasbourg : le match de tous les dangers

    On n’ose imaginer la réaction du Vélodrome en cas d’élimination de l’OM. Les Marseillais restent sur une défaite contre Limassol et un nul face à Reims sur leur pelouse et, les reports aidant, n’ont plus gagné un match depuis le 25 novembre dernier à Amiens. Alors que le championnat n’échappera pas au PSG et que la Ligue Europa s’est déjà envolée, la Coupe de la Ligue comme la Coupe de France restent les seuls moyens aux Phocéens de remporter un trophée cette saison. Et si Rudi Garcia et ses patrons échangeraient sans problème une place sur le podium avec une des ces coupes, les supporters ne voient pas forcément les choses comme ça. Abandonner un nouvel objectif avant même la trêve hivernale serait très très mal vécu par les fans de l’OM, dont certains ont déjà demandé la tête de leur entraineur. « Qu’est-ce que vous voulez que je réponde à ça (ndlr : la pression des supporters) ? Je fais mon travail, je fais en sorte que l’équipe puisse gagner ». Et éviter que le divorce se durcisse avec les supporters. Après les 8000 personnes contre Limassol, on en attend à peine plus pour la réception des Alsaciens. Un signe qui ne trompe pas sur le désamour des Marseillais avec leur équipe, et donc, son coach. « A nous de ramener les supporters au Vélodrome, insiste Garcia. La saison dernière en septembre, c’était déjà un peu le cas et on avait réussi à inverser la tendance ».

    Pour battre des Strasbourgeois qui n’ont perdu qu’une seule fois au cours de leurs 6 derniers déplacements en Ligue 1 et qui se sont déjà offerts Lille en 16ème de finale (à la Meinau), Rudi Garcia pourra compter sur la totalité de son effectif en dehors de Thauvin, suspendu.


    Vous avez aimé cet article ? Faites-le savoir !


    Votre article dans

    Ecrivez sur votre club