En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

Ecrivez sur votre club L'actualité de votre club
    Pourquoi le report de Nîmes - Rennes n'est pas justifié

    Ligue 1

    Actus

    Ligue 1

    Pourquoi le report de Nîmes - Rennes n'est pas justifié

    28 févr. 2019

    Comment l'équité sportive est bafouée

    Nîmes ne digère pas le report de son match contre le Stade Rennais et remue ciel et terre pour se faire entendre. Après avoir déposé un recours devant la Ligue, le club du Gard a annoncé qu’il saisissait le Comité national olympique et sportif (CNSOF). Il faut dire que pas grand monde comprend la raison qui a poussé la Ligue de football professionnel (LFP) à repousser la rencontre qui devait se dérouler samedi à 20h au Stade des Costières et dont le report nuit fortement à l’équité sportive.

    En effet, à l’origine, le Stade Rennais avait demandé le report de leur match de la 27ème journée au dimanche, pour respecter un rythme de récupération optimal avant la réception d’Arsenal, jeudi 7 mars en huitièmes de finale de l’Europa League. 4 jours entre le match de Coupe de France joué hier face à Orléans (victoire 2-0 des Bretons), puis de nouveau 4 jours entre le match à Nîmes et la réception des Gunners. Mais la préfecture du Gard s’y est opposée, pour permettre aux forces de l’ordre d’avoir un peu de repos après une journée de mobilisation samedi en raison des manifestations des Gilets Jaunes. Jusque là, tout va bien. Mais la situation se complique quand, au lieu de replacer le match au samedi, comme prévu initialement, la LFP a tout simplement prétexté l’impossibilité de jouer dimanche pour le reporter.

    Orléans, victime colatérale

    En jouant le samedi, Rennes avait alors 5 jours pour récupérer avant de jouer Arsenal, donc, contrairement à ce que dit Julien Stephan, ce n’est pas « pour le bien du foot français », mais plutôt pour le bien du Stade Rennais que le report est bénéfique. Il permet surtout aux Bretons de ne pas disputer un match de championnat très important (dans le cadre de la lutte pour les places européennes) trois jours après un match de Coupe de France et au cœur d’une impressionnante série de matchs. C’est ce que pensent les Nîmois qui ne décolèrent pas. Nice, Montpellier, Reims, Strasbourg ou l’OM n’en pensent pas moins. Surtout l’OM qui la saison dernière a atteint la finale de l’Europa League sans avoir recours à ce type d’aménagement.

    Mais le report du match à Nîmes a aussi fait dune autre victime collatérale : l’US Orléans. Alors que le club de Ligue 2 pouvait espérer un turnover chez les Rennais, trois jours avant une rencontre capitale en championnat, le report du match a complètement rebattu les cartes. Et du coup, Julien Stephan n’avait aucune raison de mettre ses cadres au repos.


    Vous avez aimé cet article ? Faites-le savoir !


    Votre article dans

    Ecrivez sur votre club