En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

Ecrivez sur votre club L'actualité de votre club
    PSG - Dortmund : les contre... mais aussi les pour du huis clos

    LIGUE DES CHAMPIONS

    Actus

    LIGUE DES CHAMPIONS

    PSG - Dortmund : les contre... mais aussi les pour du huis clos

    9 mars 2020

    > PSG - Dortmund (mercredi, 21h)

    C’était attendu, c’est officiel depuis ce matin, le match PSG – Dortmund (retour des huitièmes de finale) se jouera à huis clos. Un énorme désavantage pour les Parisiens qui ne pourront pas compter sur leurs supporters pour les aider à renverser les Allemands, vainqueurs 2-1 à l’aller. Mais il n’y a pas que des inconvénients dans le huis clos. Explications.

    LA FACON D’ARBITRER CHANGE-T-ELLE ?

    Il y a quelques semaines, Tony Chapron, qui intervient régulièrement dans l’émission Late Football Club, sur Canal+, expliquait que les arbitres pouvaient être influencés par la réaction des supporters. Non pas "la pression" des supporters, mais leur réaction à chaud au moment d’une faute. Les cris de la foule après un tacle très appuyé peuvent donner un ton encore plus dramatique à l’action. Images (et sons) à l’appui, l’ancien arbitre a démontré sa théorie.

    Au delà de la mise en scène d’une faute (à commencer par le joueur) qui trouve chez les supporters un « amplificateur » de premier choix, l’arbitre a forcément moins de pression et sera amené à prendre des décisions plus justes. Ou du moins mieux contrôlées.

    LA FACON DE JOUER CHANGE-T-ELLE ?

    C’est la partie la plus difficile à évaluer. Sans supporters, le joueur va-t-il épurer son jeu, offensivement mais aussi défensivement ? La notion de spectacle (chère à des joueurs comme Neymar, Mbappé ou Di Maria) va-t-elle prendre moins d’importance ? Il faut avoir conscience qu’avant tout, ces joueurs hors-normes font ça pour se faire plaisir à eux pour commencer. Mais forcément, faire se soulever la foule sur un crochet, un petit pont, un coup du foulard… est jouissif et galvanise les joueurs offensifs qui chercheront à en faire toujours plus. Trop ? C’est parfois ce que l’on reproche à un joueur comme Neymar… Sans supporters, le Brésilien va-t-il jouer plus simple ? Pas sûr…

    MENTALEMENT, CERTAINS VONT-ILS SE LIBERER ?

    C’est une évidence et c’est d’ailleurs un des bons côtés du huis clos. Certains joueurs qui pourraient avoir peur et perdre leurs moyens face à la pression, vont forcément jouer libérés. On pense en premier lieu à un joueur comme Kehrer, qui peut être encore hanté par sa grosse erreur contre Manchester il y a un an. Savoir que tout le Parc redoute une nouvelle erreur de sa part, douter de la confiance de ses propres supporters peut inhiber le joueur. Kurzawa (s’il joue) ou Kimpembe peuvent aussi profiter du huis clos pour jouer plus libérés.

    UN HUIS CLOS PEUT-IL RENDRE PLUS FORT ?

    Autre aspect mental important : le huis clos peut insuffler un sentiment de révolte supplémentaire et une motivation exacerbée chez les Parisiens qui vont se sentir lésés par rapports aux Allemands qui, eux, ont pu compter sur le soutien de leurs supporters.

    Depuis que le huis clos est évoqué, on sent d’ailleurs une mobilisation générale chez les supporters en soutien à leur équipe.

    ET CHEZ LES ADVERSAIRES, CA CHANGE QUOI ?

    Bien sûr, au premier abord, c’est un avantage considérable de ne pas avoir 45 000 supporters contre vous, mais souvent, les grands champions puisent dans l’adversité des forces insoupçonnables. Plus les conditions sont difficiles, plus ils sont forts. Le huis clos apporte de la banalité à l’événement, ce qui peut servir les joueurs et par conséquence l’équipe la plus forte. Et puis n’oublions pas que les Allemands seront aussi privés de plus de 3000 supporters qui s’apprêtaient à prendre le chemin du Parc.


    Vous avez aimé cet article ? Faites-le savoir !


    Votre article dans

    Ecrivez sur votre club