En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

Ecrivez sur votre club L'actualité de votre club
    Ras le bol du

    Chronique

    Actus

    Chronique

    Ras le bol du "Neymar bashing"

    13 mai 2019

    La chronique de Stéphane Désenclos

    Samedi dernier, on joue les arrêts de jeu à Angers, le PSG vient de prendre un penalty (logique) mais mène 2-1. En grande partie grâce à Neymar, qui, avec un but et une passe décisive (pas un corner ou un coup-franc, mais une accélération déroutante et un centre sur la tête de Di Maria) a sorti le grand jeu pour sa dernière de la saison. Alors que Thomas Tuchel décide de remplacer le Brésilien par Choupo-Moting, pour apporter un peu de taille dans son équipe réduite à 10 (après l’expulsion de Marquinhos), quelle ne fut pas ma surprise de voir le n°10 du PSG quitter le terrain sous les sifflets du stade Raymond Kopa. Incompréhensible ! D’ailleurs, Stéphane Moulin lui-même exprimera son désaccord avec la réaction d’une partie du public. « Je l’ai applaudi car je salue son talent, a expliqué l’entraîneur d’Angers. Neymar fait des choses que personne ne peut faire avec le ballon. Il gagne presque le match à lui tout seul. C’était son dernier match de la saison en championnat, on sentait qu’il voulait terminer sur quelque chose de bien. C’est un joueur de classe mondiale, je ne comprends pas pourquoi il est sifflé. C’est un artiste, il faut le protéger. Il montre du spectacle, on paye pour le voir. Ceux qui sifflent sont les mêmes qui ne viendront pas si Neymar n’est pas là ».

    Prions pour qu'il reste encore longtemps en Ligue 1 au lieu de lui donner envie de partir

    Des propos pleins de bon sens (qui tranchent au passage avec ceux de Thierry Laurey, dénonçant la façon de jouer du Brésilien…). En 17 matchs de Ligue 1, Neymar a inscrit 15 buts et réussi 7 passes décisives. Seulement trois joueurs ont fait mieux : Mbappé (30 buts en 27 matchs), Pépé (20 buts en 36 matchs) et Cavani (17 buts en 19 matchs), et trois autres presque aussi bien : M. Dembélé (14 buts en 31 matchs), Delort (14 buts en 34 matchs) et Falcao (14 buts en 31 matchs).

    Stéphane Moulin a raison : combien étaient-ils samedi après-midi à se déplacer au Stade Raymond Kopa pour assister à cette rencontre de la 36ème journée sans aucun enjeu sportif uniquement pour voir les stars du PSG ? S’ils aiment le foot, les 14728 spectateurs présents dans les tribunes (ils étaient 3.500 de moins pour la réception de Reims quinze jours plus tôt), n’oublieront pas qu’ils ont vu Neymar tenter des gestes incroyables.

    En lisant ces lignes, sans doute beaucoup regretteront même d’avoir cédé au « Neymar Bashing » permanent depuis l’arrivée de la star au PSG lors de l’été 2017 (en dehors des six premiers mois peut-être). Un petit rappel quand même : ce n’est pas de la faute du Brésilien s’il a été deux fois gravement blessé au pied et a manqué environ la moitié des matchs joués par le PSG au cours des deux dernières saisons. Le seul petit reproche qu’on pourrait lui faire, ce serait sa performance lors du huitième de finale aller de la C1 la saison dernière à Madrid. Et encore, ce jour-là, le Real de Zidane, futur vainqueur de l’épreuve, a eu la chance avec lui. Pour le reste, tant qu’il a été sur le terrain, Neymar, impliqué dans 80 buts en 51 rencontres (toutes compétitions confondues) a été à la hauteur. Ça impose le respect, non ?

    Au lieu de le siffler bêtement, savourons le fait que Neymar joue en Ligue 1. Pour les droits télé que sa présence a fait exploser, pour le spectacle qu’il nous offre sur le terrain, pour l’impact médiatique de notre championnat, qui n’est ni la Premier League, ni la Liga… Au lieu de siffler, de critiquer ses moindres attitudes, prions pour qu’il reste encore longtemps en France. Ne faisons pas tout pour qu’il s’en aille…


    Vous avez aimé cet article ? Faites-le savoir !


    Votre article dans

    Ecrivez sur votre club