En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

Ecrivez sur votre club L'actualité de votre club
    Reine-Adelaide fait l’unanimité

    Olympique Lyonnais

    Actus

    Olympique Lyonnais

    Reine-Adelaide fait l’unanimité

    24 sept. 2019

    Portrait

    Dimanche soir au Groupama Stadium, un Lyonnais a presque tenu la comparaison avec l’armada parisienne : Jeff Reine-Adelaide. Dernière recrue de l’OL cet été, le joueur de 21 ans au profil un peu similaire à Tanguy Ndombélé est promis à une belle carrière. Portrait.

    D’où vient-il ?
    Né dans le nord, à Champigny-sur-Marne, Jeff Reine-Adélaïde (21 ans) a déjà pas mal voyagé. Arrivé à l’âge de 12 ans au RC Lens, il en est reparti cinq ans plus tard direction Arsenal. Le manager des Gunners de l’époque, Arsène Wenger, avait été con-quis par ses prestations lors du titre de champion d’Europe de l’équipe de France U17 en 2015. Mais l’adaptation est difficile en Angleterre. La concurrence fait rage. Malgré son jeune âge, il dispute tout de même huit matches de coupes en une saison et demie. Le 31 janvier 2018, Arsenal le prête à Angers afin qu’il s’aguerrisse. Le jeune homme, alors âgé de 20 ans, prend son envol. Six mois plus tard, conquis par sa fin de saison (10 matches de L1, 7 com-me titulaire) Angers lève l’option d’achat (1,6 M€). Le SCO n’aura pas à le regretter. En 2018/2019, il devient incontournable avec 35 matches de championnat (29 titularisations) pour trois buts et trois passes décisives.
    Devenu international Espoirs français en octobre 2018, il avait rapidement tapé dans l’œil de Florian Maurice. Au printemps, son transfert à Lyon est bien engagé, mais l’arrivée du duo Juninho-Sylvinho et le recrutement de Jean Lucas au mileu avaient ralenti le processus. Jeff Reine-Adélaïde a ainsi débuté ce championnat 2019/2020 avec Angers. Le temps pour lui de réussir un match d’anthologie contre Bordeaux (3-1, un but et une passe décisive) avant de signer quelques jours plus tard à l’OL, en dépit de la concurrence de Monaco et de Nice. Le Bayern Munich s’était également intéressé à lui. L’OL a empoché le morceau contre une somme colossale : 25 M€ (+ 2,5 de bonus), faisant de lui le deuxième plus gros transfert de son histoire derrière Joachim Andersen.

    Que vaut-il ?
    Son volume de jeu et ses percussions balle au pied en faisait l’un des atouts majeurs de l’équipe de Stéphane Moulin, réputée pour son activité. Au point que l’entraîneur é-voque tout simplement "le plus gros talent passé sous les couleurs du SCO". Un compliment qui vaut de l’or quand on rappellera que Nicolas Pépé avait débuté à Angers avant d’exploser à Lille. "Ce qu’il fait est déjà incroyable, mais il a une vraie marge de progression", explique son ancien coach. Celui-ci a mis plusieurs mois à l’installer au cœur du jeu, ne le trouvant au départ pas assez endurant pour répéter les efforts. Ses quelques mois passés dans le couloir droit l’ont aidé à se développer. Désormais, c’est plutôt au niveau du jeu de passe qu’il va devoir progresser. Il n’a pas encore la capacité à trouver des ouvertures dans des petits espaces. Il vient justement à Lyon pour s’améliorer. En dehors du football, il est vanté pour sa lucidité. Aidé par son frère, qui est aussi son agent, il est resté calme durant tout le Mercato, ne s’affolant pas quand l’offre lyonnaise a tardé à se présenter. Au con-traire, le joueur a joué la montre avec les autres prétendants en attendant que Lyon revienne à la charge. Sans pour autant négliger sa préparation avec Angers, comme en témoigne son premier match remarquable avec le SCO. « Il a eu un comportement exemplaire, le félicite son ancien entraîneur Stéphane Moulin. Il a été investi, concerné, appliqué. Il est jeune et supporter tout ça de la manière dont il l’a fait, chapeau. »

    A quel poste ?
    Sa palette est très large. C’est même désormais le joueur le plus polyvalent de l’effectif de Sylvinho : il peut jouer milieu relayeur, ailier droit, avant-centre voire même, selon certains spécialistes, arrière droit ! Mais si l’OL l’a recruté, c’est bien pour le faire évoluer milieu relayeur, son poste de formation, au cœur de son 4-3-3. Depuis l’arrivée de Sylvinho, les latéraux ont moins la liberté de déborder et de passer dans le dos des ailiers. L’entraîneur demande plutôt à ses relayeurs de se projeter sur les ailes quand les joueurs de couloirs rentrent à l’intérieur. Jeff Reine- Adélaïde a parfaitement le profil pour mettre en place cette philosophie. Sa puissance et sa vitesse vont lui permettre de prendre l’espace libéré par l’ailier de l’OL quand celui-ci repiquera dans l’axe. Libre à lui également de percuter balle au pied plein axe comme le faisait si bien Tanguy Ndombele à qui il est déjà comparé. On lui souhaite le même destin.

    Retrouvez cet article, ainsi que toute l’actu de l’OL dans le magazine Le Foot Lyon, en vente chez votre marchand de journaux.

     


    Vous avez aimé cet article ? Faites-le savoir !


    Votre article dans

    Ecrivez sur votre club