En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

Ecrivez sur votre club L'actualité de votre club
    Rennes pour l'histoire

    Ligue Europa

    Actus

    Ligue Europa

    Rennes pour l'histoire

    13 déc. 2018

    > Stade Rennais - Astana (18h55)

    En cas de victoire, les Rennais joueront les 16èmes de finale de la Ligue Europa (ou Coupe UEFA) pour la première fois de leur histoire.

    C’est un moment d’histoire que le Stade Rennais peut écrire en fin d’après-midi. Après avoir remporté pour la première fois (en 3 participations) une rencontre en phase de poule de la Coupe de l’UEFA (devenue Ligue Europa), le 20 septembre dernier face à Jablonec au Roazhon Park (2-1, but de Ben Arfa sur penalty dans les arrêts de jeu), les Bretons ont l’occasion de faire beaucoup mieux en se qualifiant pour la première fois pour les 16èmes de finale de la compétition. Avec 6 points en 5 rencontres avant de défier les Kazakhs, les Rennais ont battu leur record de points en phase de poule : 3 points (3 matchs nuls) lors de la saison 2011/2012. Même à l’époque de la Coupe Intertoto, les Bretons n’avaient pas franchi la phase de poule jouée lors de la saison 96/97. Cette année là, ils avaient quand même réussi à gagner un match (face aux Autrichiens de l’Austria Lusteneau aujourd’hui en Deuxième division). Mais il s’agit d’un temps que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaître…

    « On a tout à gagner, ils ont tout à perdre »

    Pour arriver à enchainer une troisième victoire face à Astana, le Stade Rennais misera sur la confiance retrouvée avec ces deux succès en Ligue 1 de rang, ce qui ne leur était jamais arrivé cette saison. « L’état d’esprit est irréprochable, il faut profiter mais ne pas se relâcher », expliquait Benjamin Bourigeaud après Dijon.

    Cet état d’esprit, c’est Julien Stephan qui en est le garant. Les choix tactiques (voir par ailleurs le nouveau rôle de Ben Arfa) mais aussi le charisme et les qualités de meneur d’hommes du jeune entraineur doivent aider Rennes à franchir le cap européen. « Actuellement, on est éliminés, donc on n’a rien à perdre », a expliqué celui qui vient de signer un contrat jusqu’en juin 2020. « En revanche, Astana a tout à perdre. Eux, ils sont qualifiés ». Une façon d'évacuer la pression.  Et au fils de l’adjoint de Didier Deschamps de demander la mobilisation générale. « Je mets le collectif avant tout. C’est un groupe entier, une ville, une région, qui devra pousser le Stade Rennais pour réaliser l’exploit ». Et faire de ce jeudi 13 décembre 2018 un jour historique.


    Vous avez aimé cet article ? Faites-le savoir !


    Votre article dans

    Ecrivez sur votre club