En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

Ecrivez sur votre club L'actualité de votre club
    Rudi Garcia : «  ce match à Bordeaux  peut être  un déclic »

    Ligue 1

    Actus

    Ligue 1

    Rudi Garcia : « ce match à Bordeaux peut être un déclic »

    5 avr. 2019

    > Bordeaux - OM (20h45)

    Fidèle à son habitude, Rudi Garcia a voulu faire preuve d’optimisme avant le déplacement à Bordeaux en ouverture de la 31ème journée de Ligue 1. Le coach marseillais est convaincu que son équipe peut briser l’infernale série qui veut que l’OM ne s’est pas imposé en Gironde depuis 42 ans.

    Quel est l’état d’esprit de l’OM avant ce déplacement très périlleux à Bordeaux ?

    Si les joueurs sont autant motivés que le coach, on fera un bon résultat à Bordeaux, ça, c'est sûr. Le groupe reste uni et tendu vers le même objectif. Celui qui m’intéresse aujourd’hui, c’est de faire un résultat à Bordeaux.

    Vous êtes revenu sur votre match contre Angers où vous meniez 2-0 avant de vous faire rejoindre ?
    Je ne suis pas là pour parler du dernier match, mais on a vu de la fluidité pendant 35 minutes, entre la défense et le milieu, le milieu et l'attaque. Il faut être capables de le faire sur tout un match.

    Justement, vous avez trouvé les raisons qui ont provoqué cet écroulement de votre équipe ?
    Non, mais par contre, ce qui compte, c'est que cela ne se reproduise plus, on verra demain à Bordeaux. Il faut regarder devant. Évidemment, on a débriefé, mais c'est déjà un peu loin. Il faut être capables d'attaquer pendant 95 minutes et ne pas s'arrêter à 2-0. Fac à Angers, le problème a commencé avec une accumulation de pertes de balles dans leur dernier quart d'heure de la première période. On l’a bien montré aux joueurs, analysé… j'espère qu'ils ont retenu la leçon. On doit être toujours à 100 % pour obtenir les meilleurs résultats possibles, ce qui n’a pas été le cas la semaine dernière.

    La situation est devenue très compliquée. 8 points de retard sur le podium, à huit journées de la fin. Vous y croyez encore ?
    Je vous rappelle que nous sommes passés cinquièmes, on n'est plus quatrièmes, Saint-Étienne est devant nous. Repassons déjà quatrièmes, il sera toujours temps de parler de ça...

    « Il y a des matchs charnières, déclic, OM-Bordeaux fut l'un de ceux-là, et on fera tout pour que Bordeaux-OM le soit aussi. Voilà ce qui nous booste. »

    N’empêche que la perspective de jouer à Bordeaux où l’OM n’a plus gagné depuis 42 ans n’arrange pas les affaires du club d’un point de vue comptable…

    Il n'y a que le fait de mettre fin à cette interminable attente de gagner à Bordeaux qui m'anime, et qui doit animer mes joueurs. Depuis 1977, aucun effectif de l'OM n'a été capable de gagner à Bordeaux. Nous, l'équipe 2018-2019, on veut être la formation qui a interrompu cette série. Il n'y a pas de raison que cela ne s'arrête pas un jour. Toute série a une fin, plus elle dure, plus elle se rapproche de sa fin. C'est une vraie motivation, on sait qu'on va trouver une équipe de Bordeaux déterminée, un stade Matmut Atlantique contre nous. Le match qui a relancé notre saison fut la réception de Bordeaux (ndlr : victoire 5-0 le 5 février). Il y a des matchs charnières, déclic, OM-Bordeaux fut l'un de ceux-là, et on fera tout pour que Bordeaux-OM le soit aussi. Voilà ce qui nous booste.

    Il semble quand même de plus en plus difficile de vous voir sur le podium. Et on ne cesse d’entendre que votre avenir est lié à cette qualification pour la Ligue des Champions…
    Mon cas personnel n'est pas important, seule l'équipe compte. Ce que je veux, c'est me qualifier pour une Coupe d'Europe, et si possible la meilleure possible. On m'a beaucoup rapporté de propos cette semaine, et je n'aime pas l'ambiance qui traîne en ce moment, le fait d'essayer de diviser les dirigeants. On envoie Andoni (Zubizarreta) je ne sais pas où... (ndlr : une rumeur venue d’Angleterre dit que le directeur sportif marseillais pourrait rejoindre Arsenal). Vous n'arriverez pas à nous diviser, vous n'arriverez pas à me faire sortir, moi, du fait qu'il n'y a que Bordeaux qui compte. On a fait match nul contre Angers, et c'est de notre faute, mais on a l'impression qu'on n'a rien fait les matches avant, et que nous ne sommes pas revenus dans la course. Je comprends, je sais où on est, mais je dis stop, concentration sur Bordeaux, le reste n'est pas important, on envoie tout balader. Je mets juste le holà. On veut gagner là où l'OM n'a plus gagné depuis 42 ans, même avec ses plus grandes équipes. La tâche sera ardue.


    Vous avez aimé cet article ? Faites-le savoir !


    Votre article dans

    Ecrivez sur votre club