En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

Ecrivez sur votre club L'actualité de votre club
    Saint-Etienne vs Lyon, qui est le plus fort ?

    Ligue 1

    Actus

    Ligue 1

    Saint-Etienne vs Lyon, qui est le plus fort ?

    19 janv. 2019

    Saint-Etienne - Lyon (dimanche, 21h)

    Difficile de donner un favori pour le derby de demain à Geoffroy-Guichard. Si Saint-Etienne est en meilleure forme, Lyon a les moyens de faire un résultat dans le Forez...

    > Forme du moment

    Avantage Saint-Etienne

    Eliminé en Coupe de la Ligue en 8ème de finale (par Nîmes aux tirs au but), les Stéphanois n’ont joué que 3 matchs en 2019. Pour 3 victoires. Un 6-0 sans appel (et sans grande signification) en Coupe de France face à l’Olympique Strasbourg (club de Regional 2), un succès 1-0 à Caen (19ème journée) et un autre 2-1 à Geoffroy-Guichard face à l’OM (2-1).

    Côté Lyonnais, ce n’est pas la même musique (pour reprendre une expression de turfiste). Les Gones n’ont gagné qu’un seul de leurs 4 matchs joués en 2019. L’année a bien commencé avec une victoire en Coupe de France (2-0 face à Bourges, club de National 3), mais tout s’est gâté avec la défaite en Coupe de la Ligue contre Strasbourg (1-2) et deux nuls en championnat (1-1 face à Reims et 2-2 à Toulouse).

    > Effectif

    Lyon loin devant

    Même si les Gones sont moins en forme en ce moment, les deux effectifs ne sont pas comparables. Au niveau des individualités, on ne voit que Perrin en défense et Khazri en attaque qui, sur leur forme du moment, peuvent avoir une place dans le onze de Genesio. Mendy, Denayer, Aouar, Ndombélé, Fékir, Traoré (ou Cornet), Depay (ou Dembélé) n’ont pas franchement de concurrence chez les Verts quand ils sont à leur niveau, alors que Ruffier et Lopes se valent.

    Surtout, les Lyonnais ont un banc beaucoup plus profond que celui des Verts. Si les Stéphanois ont Béric, Hanouna, Salibur, Nordin ou Polomat (ce qui est déjà pas mal), les Lyonnais ont Terrier, Dembélé, Tousart, Diop, Tete, Cornet… Que des joueurs que Gasser rêverait d’avoir dans son effectif.

     

    Le collectif stéphanois face aux individualités lyonnaises

    > Maitrise de l’événement

    Lyon plus expérimenté

    Face à l’OM, les Stéphanois ont montré qu’ils savaient maîtriser l’événement. Menés au score, malmenés sur le terrain par une équipe marseillaise performante, les Verts n’ont jamais paniqué et ont su saisir l’occasion de l’emporter sur la fin en exploitant une erreur de Rolando. Certes, les Marseillais sont dans une période compliquée mentalement et étaient friables, mais face à la maitrise technique de Gustavo et ses coéquipiers, les locaux auraient pu craquer.

    Si Lyon n’est pas au mieux de sa forme, les joueurs sont loin de la perte de confiance des Marseillais. Le scenario du match à Toulouse qui les a vu revenir à 2-2 après avoir été menés 0-2, a même boosté leur confiance.

    Habitués à répondre présent dans les grands matchs, à l’image des 60 première minutes au Parc avant l’expulsion de Tousart, des deux rencontres face à Manchester City ou du match à Kiev contre Donetsk, les Gones semblent mieux préparés pour ce type d’événement. De son côté, en dehors de Ruffier, Mvila et Perrin, Saint-Etienne manque d’expérience.

    > Puissance collective

    Les Verts en imposent

    Sans star (rappelons que leur meilleur joueur, Khazri, a été transféré pour 7 millions cet été et gagne 200 000 euros par mois), les Verts font une superbe saison. Grâce notamment à une paire de milieux de terrain complémentaires et performants (Selnaes-Mvila) et des bons joueurs de club (Monnet-Paquet, Cabella, Hanouna, Kolodziejczak notamment…). Le tout agrémenté par les exploits de leur buteur (12 buts pour Khazri) et merveilleusement mixé par le tandem Gasset-Printant.

    De son côté, Lyon n’affiche pas cette impression de force collective donnée par les Verts. A l’image de leur match à Toulouse. Trop irréguliers, les Lyonnais doivent souvent s’en remettre à un exploit (coup France de Fékir à Toulouse) pour s’en sortir. Ce qui, sur un match, peut être un inconvénient, mais aussi un avantage…


    Vous avez aimé cet article ? Faites-le savoir !


    Votre article dans

    Ecrivez sur votre club