En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

Ecrivez sur votre club L'actualité de votre club
    Serge Aurier (Côte d'Ivoire), cherche le sourire à la CAN

    CAN 2019

    Actus

    CAN 2019

    Serge Aurier (Côte d'Ivoire), cherche le sourire à la CAN

    8 juin 2019

    Portraits d'Afrique

    Depuis trois ans, Serge Aurier est apparu en difficulté en club. Très peu utilisé cette saison à Tottenham, celui qui a notamment connu des blessures ces derniers mois, mise sur la CAN pour retrouver le sourire. A 26 ans, il est le capitaine indiscuté d'une sélection qui cherchera à redorer son blason en Egypte.

    Freiné par des blessures, mais jamais réellement dans les plans de Mauricio Pochettino, Serge Aurier a vécu une saison compliquée à Tottenham (avec 8 apparitions en Premier League, dont 6 comme titulaire). Un exercice 2018/2019 qui s’est terminé par une énorme frustration : assister à la défaite de son équipe en finale de la Ligue des Champions du banc de touche. C’est dire si le joueur formé à Lens, où Toulouse était venu le chercher en janvier 2012, deux ans avant son transfert dans la capitale (d’où il est parti pour Londres en 2017), compte beaucoup sur la CAN pour égayer sa saison.

    Mais rien n’est gagné. Après une élimination surprise en phase de groupes en 2017 et une non qualification pour la Coupe du Monde en Russie, la Côte d’Ivoire a peu à peu disparu de la scène internationale. Au point de se fâcher avec ses supporters, timidement reconquis au cours d’une bonne campagne de qualification.

    Indiscutable titulaire sur le flanc droit de la défense, le joueur de 26 ans était déjà de la victoire des Eléphants en 2015 et s’est imposé comme un des patrons de l’équipe, dont il porte désormais le brassard de capitaine.

    Né à Ouaragahio, dans l’Ouest de la Côté d’Ivoire, Serge Aurier passe d’abord sa petite enfance dans la banlieue d’Abidjan avant de s’installer avec sa famille à Sevran (Seine-Saint-Denis), où il joue pour le club de Villepinte, avant d’être repéré par les recruteurs du RC Lens en 2006. Véritable petit prodige, il a 17 ans (à 2 jours près) quand il fait ses grands débuts en Ligue 1 avec le Racing.

    Trois ans plus tard, il est devenu une pièce essentielle du club nordiste, mais ce dernier est acculé par des difficultés financières et profite de sa valeur marchande pour le transférer à Toulouse. Nous sommes en janvier 2012 et le TFC paye la somme 1,5 M€ pour le recruter. Deux ans et demi plus tard, il a pris une autre dimension dans la ville rose et signe au PSG pour 8 M€.

    Devenu international, le latéral droit ivoirien va connaître sa première grosse déception avec la sélection lors de la Coupe du Monde 2014. Titulaire lors des trois matchs de groupes, il est impliqué dans la défaite, entrainant son élimination, de la Côte d’Ivoire dans la troisième rencontre face à la Grèce (on lui reproche d'avoir délaissé son côté).

    Un an et demi plus tard, c’est l’apothéose cette fois pour le Parisien qui remporte la CAN avec son pays. Lors de l’incroyable séance de tirs au but de la finale (9-8), Serge ne tremble pas et contribue au succès de son équipe. Un titre qui sacre les Ivoiriens pour la première fois de leur histoire, et ça juste après que Didier Drogba ait annoncé sa retraite internationale.

    Poussé dehors par Tottenham, il pourrait rebondir à Monaco

    Depuis ce titre ramené de Guinée Equatoriale (avec Hervé Renard comme entraineur), Serge Aurier a davantage fait parler de lui par ses frasques en dehors du terrain que par ses débordements et ses centres.

    Il y a eu d’abord des insultes sur internet visant les arbitres du quart de finale retour de la C1 à Chelsea (rencontre à laquelle il ne participait pas, étant même resté à Paris), puis le fameux « direct » sur l’application Periscope, dans le quel il traitait Laurent Blanc de « fiotte » (ce qui lui a valu une lourde suspension par le PSG), puis enfin, cet épisode de mai 2016 où, à la suite d’un contrôle d’identité, il est accusé d’insultes et d’un coup donné à un policier sous l’emprise de l’alcool. Mais le défenseur est bourré de talent, et malgré ses « sorties de route » à répétition, Tottenham le recrute moyennant 25 M€ en 2017. Pour finalement peu l’utiliser.

    Des évènements qui n’empêchent pas le capitaine de la sélection ivoirienne d’être une véritable idole dans son pays. Une image qui tranche avec celle laissée en Europe par trois ans et demi marqués par de nombreux accrocs.

    Aujourd’hui poussé vers la sortie par les Spurs, il pourrait rebondir à Monaco. Mais avant, il y a la CAN et il espère emmener son équipe le plus loin possible.


    Vous avez aimé cet article ? Faites-le savoir !


    Votre article dans

    Ecrivez sur votre club