En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

Ecrivez sur votre club L'actualité de votre club
    Tuchel a-t-il raison de se plaindre ?

    Ligue 1

    Actus

    Ligue 1

    Tuchel a-t-il raison de se plaindre ?

    16 avr. 2019

    > Nantes - PSG (mercredi, 19h)

    Tuchel a-t-il raison de se plaindre de la faible profondeur de son effectif ? Si on s’arrête sur la situation d’aujourd’hui, avant le déplacement des Parisiens à Nantes demain (match en retard de la 28ème journée), on s’aperçoit en effet que le technicien allemand ne peut s’appuyer que sur 14 joueurs ayant un minimum d’expérience en Ligue 1 pour composer son équipe de départ (dont 2 gardiens) : Areola, Buffon, Dagba, Alves, Kimpembe, Kurzawa, Paredes, Draxler, Nkunku, Diaby, Mbappé, Choupo Moting, Kehrer et Nsoki. Si on ajoute Di Maria, qui pourrait être sur le banc, cela fait donc 15 noms à coucher sur la feuille de match et seulement 4 joueurs de champ sur le banc. C’est très juste. Trop juste pour un club comme le PSG.

    Toutefois, une lecture plus approfondie de la situation permet d’avoir un regard un peu différent. En effet, la pénurie de joueurs cadres est surtout due aux blessures (Neymar, Cavani, Marquinhos, Thiago Silva, Meunier, Di Maria), et aux deux suspensions (Verratti et Bernat) qu’à la faiblesse de l’effectif quantitativement. C’est surtout le niveau de ces joueurs qui posent problème. Choupo Moting est très loin de Cavani, Dagba n’est pas Meunier, Kehrer a beaucoup à envier à Thiago Silva et Paredes est loin du niveau de Rabiot…

    L'entraîneur allemand ne digère pas l'affaire Rabiot

    Avec ces 8 absents, le PSG aurait toutefois un groupe de 22 joueurs, dont 4 formés au club (Dagba, Nsoki, Nkunku et Diaby) capables de rendre de précieux services.

    En fait, la colère de Tuchel porte essentiellement sur l’absence de deux joueurs : Adrien Rabiot et Lassana Diarra qui ont quitté le groupe en cours de saison pour diverses raisons (le premier a été écarté, le second a pris sa retraite).

    On peut d’ailleurs penser que tout est centré sur l’absence de Rabiot, imputée à la décision d’Henrique  (soutenu par Al-Khelaïfi) que Tuchel ne digère pas. On voit que dans d’autres clubs, (Arsenal pour Ramsey, Manchester United pour Herrera notamment), le fait d’être en fin de contrat et de ne pas s’être entendu pour prolonger n’empêche pas une collaboration efficace entre le club et le joueur.

    Mais le cas Rabiot n’explique pas à lui tout seul les déboires du PSG en cette fin de saison. Le faible niveau de Choupo Moting, sensé être la doublure de Cavani et les blessures à répétition sont aujourd’hui plus préoccupants.


    Vous avez aimé cet article ? Faites-le savoir !


    Votre article dans

    Ecrivez sur votre club