En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

Ecrivez sur votre club L'actualité de votre club
    Un match qui va faire du bruit

    LIGUE DES CHAMPIONS

    Actus

    LIGUE DES CHAMPIONS

    Un match qui va faire du bruit

    11 mars 2020

    > PSG - Dortmund (21h)

    Jamais dans leurs pires cauchemars les supporters du PSG n’auraient pu prévoir les conditions du match de ce soir. Un match raté à l’aller et soldé par une défaite (1-2), des joueurs majeurs absents (Verratti, Meunier, Thiago Silva) et d’autres à l’état de forme incertain (Neymar, Di Maria, Mbappé...). Et pour couronner le tout, un virus qui paralyse le football européen. Avec pour commencer le report au dernier moment du dernier test (servant aussi de mise en jambes pour certains) avant le choc ; et pour finir, un huis clos décrété sur mesure gouvernementale… Ouf ! N’en rajoutez pas, le PSG de QSI est bien le club le plus poissard d’Europe !

    Mais une fois qu’on a dit ça, on peut aussi voir le verre à moitié plein et souligner que pour la première fois depuis son transfert en août 2017, Neymar joue un huitième de finale retour de C1 avec le PSG, que Mbappé est finalement opérationnel, que l’absence de Thiago Silva n’aurait dérangé personne au lendemain du match aller (il lui est reproché de jouer trop bas et de faire reculer l’équipe) et rappeler qu’après une défaite 1-2 à l’aller (le score aurait pu être pire), un club a 52% de chances de se qualifier au retour quand il joue à domicile. Certes le fait de jouer à huis clos doit probablement modifier cette statistique, mais on s’en fout. On s’en fout des statistiques parce que, en cas d’élimination, Paris n’aura pas d’excuses. Comme le club de la capitale n’a pas d’excuses pour avoir manqué (notamment tactiquement) la manche aller. Il s’est mis tout seule dans la panade et il a largement les moyens de s’en sortir tout seul.

    2 000 à 3 000 supporters autour du Parc

    Si Marquinhos et ses coéquipiers avaient 3 buts à remonter, alors oui, l’absence de supporters aurait été un énorme handicap, quasiment insurmontable. Ce n’est pas le cas. Supporters ou pas, Paris n’a besoin que de gagner par un but (sans en encaisser) ou deux buts (dans le cas où les Allemands marqueraient) d’écart. Juste d’être plus fort sur un match en somme. Et personne ne doute que sur le papier, le PSG est supérieur à Dortmund.

    En revanche, en cas de qualification, celle-ci resterait historique. Ne serait-ce que parce que le contexte est inédit. Avec la psychose du Coronavirus Covid-19 qui plane au dessus du huis clos. Mais aussi parce que ce soir, le PSG a l’occasion de refermer une fois pour toutes la « boite de Pandore » ouverte un soir d’hiver, il y a un peu plus de trois ans au Nou Camp. Bâtit en 2011 pour réussir en Ligue des Champions le projet parisien ne peut pas se permettre un quatrième échec de suite en huitième de finale. La saison dernière, Paris a gagné à Manchester (sans Neymar et Cavani) face à l’un des meilleurs publics d’Europe, puis a tout gâché au retour en étant pitoyable devant ses supporters. De quoi bousculer tous les préjugés à l’heure où Tuchel (plus que jamais menacé en cas d’élimination) et ses joueurs ont rendez-vous avec leur destin.

    Mais rappelons-nous. La saison dernière avant la réception de Manchester United pour le match retour tout allait pour le mieux dans le meilleur des mondes. Neymar parlait déjà d’être opérationnel pour les quarts de finale, Manchester avait une hécatombe de blessés… Aujourd’hui, Paris est prévenu : il sait ce qu’il doit faire pour se qualifier.

    La présence de 2 000 à 3 000 supporters parisiens (à l’instigation du Collectif Ultra Paris) autour du stade, donne une dimension supérieure à l’événement, en prouvant que le PSG n’est pas moins un vrai club que l’OM ou Saint-Etienne. Une qualification ce soir peut devenir une référence et permettre au club de se créer une identité.

    L’équipe du PSG ce soir :

    Navas - Kehrer, Marquinhos (cap.), Kimpembe, Bernat - Gueye, Paredes, Neymar, Di Maria - Sarabia, Cavani


    Vous avez aimé cet article ? Faites-le savoir !


    Votre article dans

    Ecrivez sur votre club