En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

Ecrivez sur votre club L'actualité de votre club
    Un mur à franchir

    LIGUE DES CHAMPIONS

    Actus

    LIGUE DES CHAMPIONS

    Un mur à franchir

    18 févr. 2020

    > Dortmund - PSG (21h)

    Plus que le fameux "mur jaune" qui fait la réputation des supporters de Dortmund, c'est le mur psychologiques des huitièmes de finale que les Parisiens doivent franchir. Et quoi qu'on en dise, le niveau de l'adversaire devrait le permettre.

    C’est un mur qui se dresse devant le PSG. Non pas le fameux « mur jaune » du Signal Iduna Park, mais bien celui des huitièmes de finale qui se dresse depuis trois ans face au club de la capitale. Après les échecs cuisants, voir traumatisants face à Barcelone (2017), au Real Madrid (2018) et à Manchester United (2019), c’est à Dortmund que Thiago Silva et ses coéquipiers tentent de nouveau leur chance. Si on en fait beaucoup avant ce déplacement chez le 3ème de Bundesliga, on notera toutefois que lors de ces trois funestes huitièmes les matchs aller s’étaient plutôt bien passés. 4-0 contre le Barça au Parc, 2-0 à Manchester, seul le déplacement à Madrid s’était soldé par une défaite (1-3) avec un match correct des Parisiens. C’est d’ailleurs le seul des 6 matchs que Neymar a joué (il était d’ailleurs passé au travers). Joué avec le maillot du PSG sur les épaules, car personne n’a oublié la performance de très haut niveau du Brésilien avec le Barça lors de la « remontada »… Un constat qui nous rappelle que, quoi qu’il puisse se passer ce soir, les medias auront encore un mois pour prédire le pire au PSG sur sa faculté à franchir ce mur qui au Parc le 10 mars deviendra plus symbolique que jamais.

    « Neymar, ça change tout »

    Sur le papier, il est clair que le PSG est supérieur à Dortmund. Cela fait d’ailleurs sourire d’entendre que « les deux attaques se valent ». Haaland-Sancho-Hazard du niveau de Neymar-Mbappé-Icardi ? Faut peut-être pas pousser la fameuse « négativité » dénoncée par Leonardo trop loin… Dans tous les compartiments du jeu, Dortmund est moins fort. Mais, on l’a vu face à Manchester United notamment lors du match retour au Parc, que le rapport de force se situe parfois ailleurs…

    Ce soir, ce ne sont pas les attaques qui devraient faire la différence mais les défenses. Disons, « le secteur défensif », y compris donc les milieux récupérateurs. « Ce sera la clé du match » a prévenu Lucien Favre qui sait que son équipe encaisse trop de buts. Pour ça, l’entraîneur suisse de Dortmund a un match référence : le Dortmund – Barcelone du 17 septembre dernier. Le premier match de la phase de poules s’était soldé par un 0-0. Certes, Messi (blessé) ne jouait pas (remplacé par le jeune Fati), mais le Barça reste le Barça... Ce jour là, Reus avait vu son penalty détourné par Ter Stegen et Brandt avait catapulté un ballon sur la transversale. Aucun des deux ne sera présent ce soir. Sans eux, Favre comptera sur sur Sancho (meilleur buteur du Borussia), Haaland ou Hazard (le frère) pour bousculer la défense parisienne.

    En dehors de Dagba (toujours arrêté) et Diallo, convalescent, Tuchel peut compter sur la totalité de son effectif. Avec toutefois une incertitude : quelle sera la forme de Neymar, époustouflant en ce début d’année 2020 avant d’être freiné par une blessure aux côtes ? Mis au repos par précaution, le Brésilien n’a pas joué depuis le 1er février et pourrait manquer de rythme. « Avec lui, ça change tout, pour Kylian, pour l’équipe… » a souligné Tuchel en conférence de presse. Pour l’adversaire aussi, ça change tout. Mais pour Neymar surtout, qui affiche en interne une énorme motivation avant le début de la phase à élimination directe. « Ça peut être l’année du PSG », disait le Brésilien dernièrement. A commencer par l’année de passer le mur, sûrement.


    Vous avez aimé cet article ? Faites-le savoir !


    Votre article dans

    Ecrivez sur votre club