En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

Ecrivez sur votre club L'actualité de votre club
    Une défense en perdition

    LIGUE DES CHAMPIONS

    Actus

    LIGUE DES CHAMPIONS

    Une défense en perdition

    10 déc. 2019

    > Lyon - Leipzig (21h)

    Il est loin le temps où le duo Cris-Cacapa régnait en mettre. Depuis le départ d'Umtiti en 2016, la défense est même devenue un des points faibles de l'OL au très haut niveau. Un domaine dans lequel l'OL a du mal à se rassurer ces dernières saisons, avec des recrutements hasardeux...

    Membre du staff de Rudi Garcia, Claudio Caçapa ne doit pas s’y retrouver. Par rapport à l’époque où il formait la charnière centrale avec Cris, l’OL encaisse entre 15 et 20 buts de plus par saison. Mais si l’imperméabilité de la défense lyonnaise s’est dégradée depuis le début des années 2010, en même temps que le niveau de l’équipe et la montée en puissance de l’adversité, c’est encore un peu plus tard que les gros problèmes se sont aggravés dans ce secteur de jeu. Depuis 2016 précisément et le départ d’un certain Samuel Umtiti pour Barcelone. 3 ans et demi après, le champion du monde n’a toujours pas été remplacé. Tour à tour, Yanga-Mbiwa, Nkoulou, Marcelo, Diakhaby et même Morel s’y sont essayés, mais aucun n’a réussi sur la durée à combler le vide laissé par l’actuel défenseur de Barcelone.

    La défense centrale de l’OL, c’est un peu comme le poste de sentinelle du PSG. Les échecs se suivent de façon récurrente à un poste pourtant capital dans le football d’aujourd’hui. Certes, depuis 2018 et l’arrivée de Jason Denayer, l’OL peut se targuer d’avoir réussi à dénicher un joueur solide pour évoluer dans l’axe. Sans être Thiago Siva, Ramos ou Piqué, le Belge n’a jamais déçu depuis qu’il est arrivé en provenance de City où il ne jouait pas (le Belge a été prêté à Galatasaray, Sundelrand, puis de nouveau Galatasaray).

    Tout le contraire d’un certain Nicolas Nkoulou. En le récupérant gratuitement à l’OM en 2016, l’OL pensait avoir fait une bonne affaire. Mais celui qui devait être le remplaçant d’Umtiti ne s’imposera jamais chez les Gones. Le Camerounais disparaitra même des feuilles de match en cours de saison avant de partir au Torino (après 16 matchs joués avec l’OL). Même destin pour Mapou Yanga-Mbiwa. Après une première saison correcte au côté d’Umtiti, l’ancien champion de France 2012 avec Montpellier (passé par Newcastle et la Roma) a aussi disparu des écrans radars après quelques grosses contreperformances.

    Andersen : plus chère recrue de l'OL après seulement une bonne saison en Italie

    Une saison correcte et c’est tout : cela ressemble aussi à la trajectoire de Marcelo chez les Gones. Arrivé en 2017, le Brésilien a présenté un niveau intéressant la première saison avant d’être beaucoup moins tranchant la saison dernière puis catastrophique depuis le début de l’actuel exercice. Si Morel a bien dépanné à ses côtés il y a deux ans, c’est surtout l’émergence au plus haut niveau d’un jeune formé au club, Mouctar Diakhaby, qui a donné beaucoup d’espoirs à Jean-Michel Aulas. Mais très vite, le club a estimé qu’il était plus intéressant de le vendre (15 M€ à Valence) que de miser sur lui. Une décision influencée par quelques petits passages à vide du joueur de 22 ans que les Gones n’ont pas pris le temps de voir progresser.

    Dernier couac en date, Joachim Andersen. Preuve que le poste est important : Lyon n’a jamais dépensé autant sur le marché des transferts que cet été pour acheter le défenseur central de la Sampdoria. Pour miser autant, la cellule recrutement de l’OL s’est pourtant contentée d’une saison pleine en Italie pour le joueur de 23 ans. Un risque important que le tandem Sylvinho-Juninho n’a sans doute pas bien évalué. Le Danois est à l’image de l’équipe : impressionnant en début de saison, puis loin d’être au niveau, avant d’être encore trop irrégulier. Sans les bourdes de Marcelo, il ne jouerait d’ailleurs toujours pas.

    Au moment de jouer le match le plus important de sa saison, l’OL est face à une terrible certitude : si l’équipe de Garcia est capable de marquer à tout moment, grâce aux talents de Memphis, Dembélé, Aouar ou Reine-Adelaide (entre autres), elle est aussi capable de prendre un but à tout moment. Et ce soir, ça pourrait faire très mal…

     


    Vous avez aimé cet article ? Faites-le savoir !


    Votre article dans

    Ecrivez sur votre club