En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

Ecrivez sur votre club L'actualité de votre club
    Villas-Boas - OM : un divorce inévitable ?

    Ligue 1

    Actus

    Ligue 1

    Villas-Boas - OM : un divorce inévitable ?

    6 mars 2020

    > OM - Amiens (20h45)

    Ses propos en début d'année après l'arrivée d'Aldridge ont inquiété jusqu'à un président qui sait que l'avenir du coach qui va peut-être ramener l'OM en Ligue des Champions ne tient plus qu'à un fil. Mais plus on en apprend sur la situation de l’OM, en litige avec l’UEFA, plus le départ du Portugais paraît inéluctable…

    L'OM a le chic pour recruter des entraîneurs qui gagnent, qui plaisent au public, et sur lesquels il a peu de prises. Après Gerets, que Pape Diouf n'a pas su retenir, ou Bielsa, qui a surpris tout son monde en claquant la porte, Villas-Boas sera-t-il le troisième à décider, seul, de quitter le navire OM ? Pour l'ancien président olympien Christophe Bouchet (2002-2004), cela en prend tout le chemin : « parce que Villas-Boas a anticipé son départ avec des éléments de langage qui peuvent être une stratégie le moment venu. Quand il déclare en conférence de presse qu'il est surpris du recrutement d'Aldridge et que son sort est lié à celui de Zubizarreta, il ne fait pas autre chose que se préparer à un éventuel futur départ. Cela ne veut pas dire qu'il va partir, mais il a posé les bases d'une séparation. C'est malin, mais finalement de plus en plus habituel. La plupart des coachs fonctionnent ainsi aujourd'hui, c'est une façon de se protéger... » Villas-Boas est suffisamment intelligent pour avoir précisé dans son intervention face aux médias qu'au delà des résultats et des objectifs il ne court plus après les cachets et les gros contrats, davantage après les challenges sportifs et humains, ceux qui ne souffrent d'aucune contestation et en font un entraîneur épanoui. S'il l'est pour le moment à Marseille, les signes que lui renvoient la direction ne lui disent rien qui vaille.

     

    « Il ne veut pas se retrouver dans la même position que Baup »

    L'obligation faite de vendre des joueurs, avec ou sans Ligue des Champions, limite forcément ses ambitions et le pousse à envisager un départ qui, selon certaines sources, serait déjà acté dans sa tête. « Il ne veut pas se retrouver dans la même position qu'Elie Baup en 2013, nous dit un agent bien au fait des choses olympiennes, qui avait qualifié l'OM en Ligue des Champions, un peu à la surprise générale, et n'avait pas eu les moyens d'y jouer un rôle (6 matches, 6 défaites). Au final, ça s'était retourné contre lui et il s'était fait limoger. » S'il a le moindre doute sur la compétitivité de l'équipe qu'il devra coacher pour le retour en Ligue des Champions, le coach portugais s'assiéra sur sa deuxième année de contrat et ses 350 000 euros mensuels. Sans aucune possibilité d'infléchir la position d'un actionnaire majoritaire campé sur ses positions financières et qui ne fera pas de sentiment. « Ce n'est pas Robert Louis-Dreyfus, nous dit notre agent "infiltré", qui était capable de faire de gros chèques par passion et sur un coup de tête, très influençable. L'implication de McCourt ne relève pas de la même logique et il est même fort probable qu'il ne recroisera plus Villas-Boas si ce dernier venait à partir. » Le “Special Two” hésitera d'autant moins à partir qu'après son exil hors continent, sa bonne saison olympienne lui a permis de se refaire une image d'entraîneur qui gagne dans un des cinq grands championnats européens. Les offres ne devraient pas manquer. Et ce n'est pas la mise au point intervenue quel-ques jours après ses déclarations chocs qui peuvent infléchir la tendance. « On a clarifié les choses avec le président, déclarait-il le 18 janvier devant la presse, et tout va revenir à la normale. J'étais dans l'émotion quand j'ai pris la parole. Et je ne cherche pas une porte de sortie pour un grand club, ce n'est pas vrai. Il y a toujours, dans les organisations, un manque de communication qui conduit à des situations comme ça. »

    Payet met la seconde couche !

    Les deux hommes forts de l'OM ont décidé de communiquer sur le thème de la réconciliation et du manque de communication, mais sans changer le fond d'un problème que Dimitri Payet a remis sur la place publique, en soutien de son coach, avec qui il en avait parlé avant : « se qualifier pour la Ligue des Champions, c'est bien, la jouer c'est mieux. Si c'est pour avoir un effectif qui ne permet pas de la jouer dans de bonnes conditions, moi aussi je me poserai les bonnes questions, s'il faut rester ou aller voir ailleurs ! »

    Depuis les States, Frank McCourt a dû avoir les oreilles qui sifflent. Entre l'enclume et le marteau, le président Eyraud se prépare une fin de saison de tous les dangers et devra user de tous ses talents de négociateur et de séducteur pour convaincre un boss, surtout préoccupé par le déficit à combler, de renforcer un effectif qui n'a pas encore vocation à rivaliser avec les grands d'Europe. L'équation sera difficile à résoudre, il en va de l'avenir de Villas-Boas qui a de bonnes raisons de se demander si cette Ligue des Champions qu'il rêve d'offrir aux supporters n'est pas un cadeau empoisonné.

    Surtout que les derniers évènements dictés par l’UEFA ne vont pas arranger les choses. Pas plus que la réponse du club à la décision de transmettre le dossier financier des Phocéens à la chambre de jugement de l'instance de contrôle financier de l'UEFA, qui laisse clairement présager de grosses ventes.

    Plus l’OM semble filer vers la deuxième place, plus Villas-Boas donne l’impression de s’éloigner un peu plus du Vélodrome…

    Retrouvez cet article, ainsi que toute l'actualité de l'OM dans le magazine Le Foot Marseille, en vente chez votre marchand de journaux. www.lafontpresse.fr


    Vous avez aimé cet article ? Faites-le savoir !


    Votre article dans

    Ecrivez sur votre club