En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

Ecrivez sur votre club L'actualité de votre club
    Yaya Sanogo, espoir sans fin ?

    Ligue 1

    Actus

    Ligue 1

    Yaya Sanogo, espoir sans fin ?

    24 févr. 2019

    > Toulouse - Caen (15h)


    Champion du monde des moins de 20 ans en 2013, transféré à Arsenal à 21 ans… Après un début de carrière tonitruant, Yaya Sanogo est peu à peu retombé dans l’anonymat. À 26 ans, l’attaquant, longtemps annoncé comme l’un des grands espoirs de sa génération poursuit sa carrière à Toulouse, où il espère bien se relancer.

    Lancé dans le grand bain en 2010 par Jean Fernandez à l’AJ Auxerre (à 17 ans, 3 mois et 9 jours), Yaya Sanogo est tout de suite catalogué comme la nouvelle pépite du centre de formation bourguignon. Après avoir su patienter avec des allers et retours entre l’équipe première et la réserve (7 matchs en Ligue 1 après cette première) il explose lors de la saison 2012/2013. L’AJA est en Ligue 2 et le joueur fête ses 20 ans en inscrivant 9 buts en 13 apparitions. Dans la foulée, il parti jouer la Coupe du Monde des moins de 20 ans avec Aréola, Pogba ou Thauvin. En fin de contrat dans l’Yonne, le natif de Massy-Palaiseau dans la région parisienne, décide de rejoindre Arsenal.

    Le début d’une fantastique carrière, pensait-on pour celui qui est sacré champion du monde U20 en Turquie, présenté aussi comme le futur avant-centre des Bleus.

    « Tout le monde a commencé sa saison en août, moi je la démarre… »

    Ses débuts en Angleterre sont d’ailleurs très remarqués. Numéro 22 sur le dos, l’attaquant gagne la confiance de son entraîneur pendant les matchs de préparation. Arsène Wenger qui n’hésite pas à le titulariser de plus en plus souvent malgré son jeune âge. Mais des blessures récurrentes viennent freiner sa progression. Les exigences de la Premier League poussent Wenger à lui faire de moins en moins confiance. Pour rebondir, il est prêté à Crystal Palace à partir du mois de janvier 2014. Mais la situation reste la même. Blessure, manque de rythme et… inefficacité chronique. En deux saisons, il ne joue que 21 matchs de Premier League et n’inscrit pas le moindre but ! Idem pour son passage à l’Ajax lors de la première partie de la saison 2015/2016. Il fera 3 apparitions en Eredivisie pour aucun but inscrit.

    Arrivé libre à Arsenal en 2013, c’est libre qu’il repart finalement 4 ans plus tard. A 24 ans, tout est encore possible. C’est à Toulouse que Pascal Dupraz lui ouvre les bras. Mais là encore, tout se complique. Ses buts (6 en 27 apparitions) sont précieux, mais pas assez nombreux pour éviter une saison catastrophique au TFC qui se sauve de justesse (en barrage face à l’AC Ajaccio).

    Malgré une saison prometteuse, le joueur formé à l’AJA est toujours poursuivi par ses blessures à répétition. Depuis son premier match parmi l’élite, en janvier 2010, on recense plus de mille journées passées à l’infirmerie. La poisse l’a rattrapé dans le sud ouest de la France. Depuis le début de saison, il n’a fait que 10 apparitions dans le onze d’Alain Casanova, dont seulement 5 comme titulaire (2 buts). Mais il s’accroche et en janvier, c’est enfin l’éclaircie. Buteur à Strasbourg lors de la 20ème journée (1-2), il remet ça à Nîmes une semaine plus tard. Cette fois, son but offre la victoire au TFC. « C'est le mental. Dans ces moments-là, tu te sens seul. Tu dois essayer de revenir plus fort, explique-t-il. Tu bosses sans relâche : facile à dire, difficile à accomplir. J'ai été arrêté quasiment trois mois (du 18 septembre au 2 décembre), il faut cravacher pour retrouver les sensations, c'est long. Tout le monde a commencé sa saison début août ; moi, je la démarre… »


    Pisté en janvier par l’Impact de Montréal en Major League Soccer (Etats-Unis), Yaya Sanogo est finalement resté dans le Sud de la France pour atteindre ses objectifs : aider le TFC à vivre une fin de saisons paisible en milieu de tableau et, au passage, reprendre le cours de son destin…


    Vous avez aimé cet article ? Faites-le savoir !


    Votre article dans

    Ecrivez sur votre club